Coronavirus: léger assouplissement des mesures sanitaires à Madagascar

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé de 15 jours à Madagascar. RIJASOLO / AFP

ANTANANARIVO, AP- Le Premier ministre Christian Ntsay s’est exprimé à la télévision nationale dimanche soir pour annoncer la suite des mesures à suivre dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Le confinement de la région de la capitale est maintenu mais avec un peu plus de souplesse.

Samedi soir, en conseil des ministres, l’état d’urgence sanitaire a été prolongé de 15 jours alors que la Grande Île enregistre officiellement 9 295 cas de coronavirus dont 85 décès. Mais les mesures de précaution ont été légèrement assouplies, notamment dans l’Analamanga, la région d’Antananarivo, à nouveau confinée depuis trois semaines après une accélération de la propagation de la maladie dans cette zone.

Reprise de l’activité pour les entreprises jusqu’à 13h

C’est donc un début de soulagement pour les entreprises de la région qui peuvent reprendre leurs activités jusqu’à 13h, à condition d’assurer le transport de leurs employés et de garantir le respect des gestes barrières. Les marchés de quartiers sont eux aussi autorisés à rouvrir la matinée. Mais les transports en commun restent suspendus et la sortie de l’Analamanga interdite.

« Les habitants ne doivent pas sortir de chez eux sans raison valable », a insisté Christian Ntsay. Le confinement est « très difficile pour la population. Beaucoup vivent au jour le jour », a-t-il reconnu. « Mais nous devons faire un choix, et notre choix c’est celui de l’importance de la vie », a poursuivi le Premier ministre.

Après la polémique, « le gouvernement reste uni »

Pour les districts de l’est du pays, Tamatave I et II, Moramanga et Fenerive Est, les heures de travail sont prolongées jusqu’à 17h et les transports en commun fonctionnent jusqu’à 19h. Pour le reste de Madagascar, chaque région peut prendre des mesures en fonction de la situation sanitaire.

Dans son intervention d’une heure, le Premier ministre est brièvement revenu sur la lettre du ministre de la Santé demandant une aide urgente aux bailleurs de fonds pour obtenir notamment du matériel médical et des médicaments. Une initiative qui lui avait valu un désaveu cinglant de l’exécutif. Le ministre a été « interpellé » dans un communiqué, car « aucune décision n’est prise sans concertation », a indiqué Christian Ntsay, qui précise toutefois que « le gouvernement reste uni ».

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *