Maroc: le très médiatique procès de Taoufik Bouachrine se poursuit à huis clos

Taoufik Bouachrine (à dr.), directeur de publication du quotidien Akhbar Al Yaoum et le caricaturiste Khalid Gueddar, à Casablanca, en octobre 2009.

Rabat, AP- Au Maroc, le procès de Taoufik Bouachrine, l’ex-directeur de publication du journal Akhbar Al Ayoum, parmi les journaux les plus lus du pays, reprend ce lundi 14 mai. Le patron de presse âgé de 49 ans, avait été arrêté le 23 février pour agression sexuelle présumée. Un procès très médiatique, pour ce journaliste connu pour ses positions proches du Parti de la justice et du développement (PJD). La défense dénonce un procès politique destiné à abattre cet éditorialiste engagé. Depuis 8 jours, les audiences se tiennent à huis clos, à la demande des plaignantes.

Sur décision de la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca la semaine dernière, le public, les journalistes et les observateurs des organisations de défense des droits de l’homme n’ont plus le droit d’accès à la salle d’audience. Depuis le 8 mars dernier, Taoufik Bouachrine est jugé pour notamment « traite d’êtres humains », « abus de pouvoir à des fins sexuelles », « viol et tentative de viol ».

Dès que la parole lui a été donnée jeudi après-midi, le journaliste a rejeté toutes les accusations et dénoncé un « procès politique ». Bouachrine semble avoir reconnu avoir eu des relations consenties avec au moins l’une des quatre victimes enregistrées à la partie civile. Il a également assuré ne pas connaître l’origine des vidéos saisies dans son bureau le jour de son arrestation, une cinquantaine de films au contenu explicite ont été portés au dossier comme élément  de preuve.

La défense souhaite que le procès soit public afin, dit-on, de « démontrer le complot dont il est victime ». Du côté de l’accusation, 15 parties civiles ont été répertoriées par la justice. Seules quatre sont effectivement représentées et présentes au procès, mais la constitution de la partie adverse avait été teintée de confusion.

Au moins trois des femmes considérées comme des victimes présumées assurent n’avoir rien à reprocher à Taoufik Bouachrine. L’une des trois, salariée du journal, a été condamnée à six mois de prison fermes pour avoir accusé la police d’avoir falsifié sa déposition.

En attendant, le procès cristallise les passions entre défenseurs de la liberté de la presse et ceux des victimes de violence. Mais difficile pour de nombreux observateurs d’avoir un avis tranché en raison la gravité des charges et des conditions d’opacité dans lesquelles se tiennent ce procès.

afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *