Les Italiens déçus de la gestion de la pandémie par l’Union Européenne

AP- Un sondage réalisé cet été pour le compte d’un laboratoire d’idées révèle un désenchantement des Italiens vis-à-vis de l’UE, face à un manque de solidarité de la part de leurs partenaires européens au fur et à mesure de l’aggravation de la crise du coronavirus.

Les opinions sur la manière dont les gouvernements ont géré la lutte contre la pandémie de Covid-19 varient énormément en Europe, selon un sondage publié jeudi.

Le sondage a été réalisé en juin et juillet pour le compte du laboratoire d’idées « More in Common » (« Destin commun » en français), mais il n’a été rendu public que ce jeudi, après avoir été communiqué à de hauts-fonctionnaires à Berlin, Paris, Bruxelles et Londres.

Il donne des indices sur ce qui a contribué à la décision historique des États membres de l’Union Européenne, pourtant divisés, de financer en commun un plan de relance massif pour l’Europe.

Les Italiens désenchantés

Les résultats révèlent un désenchantement des Italiens vis-à-vis de l’UE, face à un manque de solidarité de la part de leurs partenaires européens au fur et à mesure de l’aggravation de la crise, en particulier les Pays-Bas, qui n’ont accepté le plan de relance qu’à contrecœur après un débat acharné au cours d’un sommet européen en juillet.

Seuls 33 % des Italiens interrogés déclarent que l’appartenance à l’UE est une bonne chose et 44 % d’entre eux affirment que leur confiance dans l’Union a baissé avec la crise.

Des réactions très différentes à la crise

Le sondage met également en exergue une réaction très différente à la crise dans les pays européens étudiés (Allemagne, France, Italie, Pologne, Pays-Bas, ainsi que le Royaume-Uni, non-membre de l’UE).

La majorité des personnes interrogées au Royaume-Uni (62 %), aux Pays-Bas et en Allemagne (57 % dans chacun de ces deux pays) déclarent que la pandémie « a montré que la plupart des gens dans notre pays se soucient les uns des autres ». En France, ce chiffre n’est que de 40 %.

Les Français sont en outre négatifs sur le fait de savoir si la réponse nationale au Covid-19 les a rendus « plus fier(s) de (leurs) pays », seuls 39 % se déclarant « fiers ». Le chiffre est le même pour le Royaume-Uni. À l’inverse, la fierté nationale règne en Allemagne et aux Pays-Bas, où environ les deux tiers des sondés se disent fiers de la manière dont leur pays s’est comporté pendant la crise.

Des gouvernements compétents ?

À la question de savoir si le gouvernement était « compétent » face à la pandémie, 72 % des Allemands répondent par l’affirmative, contre seulement 40 % des Français et des Britanniques.

Et les sondés français ne semblent pas convaincus pour l’avenir : à peine 35 % d’entre eux se disent « confiants dans la capacité du gouvernement à relever les défis qui nous attendent ». La proportion atteint 67 % aux Pays-Bas et 60 % en Allemagne.

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *