Afrique du Sud: inquiétude et interrogations après l’attaque d’une mosquée

Les enquêteurs de la police à l’entrée de la mosquée où une attaque au couteau a eu lieu, dans la banlieue de Durban, le 10 mai 2018. Un imam a été tué et deux personnes gravement blessées.

Pretoria, AP- En Afrique du Sud, un engin explosif a été découvert dimanche soir 13 mai dans une mosquée, au nord de Durban, qui avait été la cible d’une attaque au couteau la semaine dernière. Une personne a été tuée et deux autres ont été blessées. C’est la deuxième fois en quelques jours que ce lieu de culte est pris pour cible. La police semble pourtant écarter la thèse d’une attaque terroriste.

Dimanche, peu avant la prière du soir, des fidèles de la mosquée de Verulam découvrent un engin suspect dissimulé sous une chaise et relié à un téléphone portable. Alertée, la police évacue aussitôt le bâtiment et désamorce l’engin qui s’avère être une bombe artisanale.

La découverte provoque la consternation. Quelques jours plus tôt, trois hommes portant des armes à feu et des couteaux ont pénétré dans ce même lieu de culte. Ils ont tué l’imam et gravement blessé deux personnes, avant de mettre le feu au bâtiment et de s’enfuir.

La semaine dernière, un responsable de la communauté musulmane dans le pays affirmait que la communauté chiite sud-africaine est victime, depuis plusieurs mois, d’une « campagne de haine » dans des mosquées. Dimanche soir, la police semblait toutefois écarter la thèse terroriste.

L’attaque de jeudi dernier, inédite selon la police, a suscité une vague d’indignation dans ce pays qui compte 1,5 % de musulmans parmi ses 53 millions d’habitants.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *