Le Zimbabwe mise sur l’or pour éviter l’effondrement

© Jekesai NJIKIZANA Un mineur contemple un échantillon de minerai, à Kadoma, en Afrique du Sud, le 15 février 2019.

AP- Sur la paille après des décennies de gestion désastreuse, le Zimbabwe mise sur les revenus lucratifs de l’or pour soutenir une économie ravagée par la corruption, l’hyper-inflation et plus récemment la pandémie de coronavirus.

La crise sanitaire mondiale n’a pas terni la richesse du métal précieux: l’once d’or a atteint un nouveau record en août, passant pour la première fois la barre symbolique des 2.000 dollars.

Le Zimbabwe compte bien en faire un remède miracle à une économie exsangue minée par le chômage, le manque d’argent liquide, d’essence et même d’électricité et d’eau.

Le secteur minier représente habituellement 60% des exportations du pays, rapportant un milliard de dollars par an, et attire 50% des investissements directs étrangers, a récemment rappelé le président Emmerson Mnangagwa.

Si l’économie de ce pays d’Afrique australe doit se contracter de 10% cette année, elle pourrait rebondir à +4,5% en 2021, selon les projections du Fonds monétaire international. Et le secteur minier devrait porter cette croissance.

Le gouvernement table sur des revenus annuels issus des exportations minières atteignant plus de 10 milliards d’euros en 2023. Avec dans le premier rôle, l’or.

Le secteur minier passera d’une contraction de 4,1% en 2020 à une croissance de 7,7% l’an prochain, selon les projections du ministre des Finances zimbabwéen, Mthuli Ncubel, lors d’une présentation budgétaire.

Mais l’or et ses atours attirent aussi corruption, contrebande et scandales qui ne font qu’émerger, mais se multiplient.

– Petits et grands trafics –

L’activité minière est dominée par de petites entreprises, facilitant les petits trafics. Le gouvernement a récemment estimé que plus d’un milliard d’euros se volatilisent chaque année, des mineurs individuels nourrissant des commerces illicites d’or.

Pourtant le ministre des Finances reconnaît que les petites structures de mineurs contribuent jusqu’à plus de 70% de la production.

La semaine dernière, une responsable du secteur minier a été arrêtée à l’aéroport d’Harare avant d’embarquer pour Dubaï, avec six kilos du métal précieux dans son bagage à main, d’une valeur de plus de 300.000 euros sur le marché international.

Une mine artisanale à Mazowe, au Zimbabwe, le 5 avril 2018.© Jekesai NJIKIZANA Une mine artisanale à Mazowe, au Zimbabwe, le 5 avril 2018.

Le ministère public accuse Henriette Rushwaya d’appartenir à un réseau organisé, opérant à grande échelle: « C’est un exemple classique du mode opératoire du crime organisé », a déclaré le procureur Garudzo Siyadhuma lors d’une audience.

Le gouvernement a établi des règles pour tenter de diminuer les déperditions. Mais de l’avis de nombreux observateurs, elles sont largement inefficaces.

« L’argent n’est pas récupéré dans le système régulier », souligne auprès de l’AFP l’économiste Persistence Gwanyanya.

Les vieux démons du Zimbabwe risquent aussi de déjouer l’ambitieux plan du gouvernement: pénurie de devises, monnaie faible et hyper-inflation. Le pari du gouvernement de miser sur l’or pour se tirer d’une économie moribonde est « irréaliste », selon le spécialiste Robert Besseling, du cabinet de conseil en risques commerciaux Exx Africa.

« Ce plan ne tient pas compte des risques politiques et économiques extrêmement élevés dans le pays, qui décourageront de nombreux investisseurs », explique-t-il, sans compter les capacités d’exportation limitées par la médiocrité des installations.

Premier producteur d’or au Zimbabwe, RioZim a annoncé en juin l’arrêt de sa production, en raison notamment d’une pénurie de devises étrangères.

Les restrictions à la possession de devises étrangères édictées par la Banque centrale zimbabwéenne, aggravées par un taux de change fixe, met les rares opérateurs d’envergure en difficulté. Les exportateurs d’or ne sont en effet autorisés à convertir que 70% des revenus de leurs ventes en monnaie étrangère, le reste étant libellé en dollars zimbabwéens.

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *