Sommet UE-Balkans à Sofia: le nucléaire iranien s’est invité dans les débats

Le président français Emmanuel Macron et l’hôte du sommet UE-Balkans, le président bulgare Borissov, ce jeudi 17 mai 2018 à Sofia.

AP- Les Vingt-Huit sont réunis ce jeudi 17 mai 2018 à Sofia, en Bulgarie, pour un sommet Union européenne-Balkans occidentaux. La réunion était intialement destinée à la relation avec les pays des Balkans du Sud, mais les dossiers chauds du moment, comme le nucléaire iranien, se sont invités à ce sommet.

Dès mercredi soir, les chefs d’Etat et de gouvernement des Vingt-Huit, les pays membres de l’UE, ont voulu, lors d’un dîner informel, marquer leur fermeté face au président américain sur les dossiers du nucléaire iranien et des taxes commerciales.  Le sommet a débuté ce jeudi matin. Dès son arrivée au centre de conférences, le président français Emmanuel Macron est revenu sur le dossier iranien et le retrait américain de l’accord international signé à Vienne en 2015.

Pour le chef de l’Etat français, il s’agit non seulement de sauver l’accord, mais aussi de l’étendre. Cette position, défendue depuis des mois par la France, a reçu un écho favorable au sein des Vingt-Huit selon le président de la la République. « Sur l’Iran, depuis le début, l’Europe se tient unie, avec une volonté qui est de construire la paix et la stabilité dans la région, a assuré Emmanuel Macron. Et nous allons œuvrer pour maintenir le cadre de l’accord de 2015, quelles que soient les décisions américaines. »

Comment maintenir le cadre de l’accord ? « De manière très concrète, en apportant notre engagement politique, en faisant que nos entreprises puissent y rester et aussi en conduisant toutes les parties à poursuivre les négociations sur un accord plus large indispensable », poursuit le président français.

Mais l’accord de 2015 a besoin d’être « complété par un accord sur le nucléaire après 2025, un accord sur les activités balistiques et la présence régionale »,rappelle Emmanuel Macron. Des discussions sont d’ailleurs en cours. « J’ai moi-même, à deux reprises, parlé au président Rohani sur ce sujet et il y a une unité très forte des trois pays en particulier que sont Grande-Bretagne, l’Allemagne, la France sur ce sujet », estime M. Macron.

Et d’ajouter qu’il y a eu, dès mercredi, « une vraie unité européenne pour rappeler notre engagement dans ce cadre et notre volonté de préserver une souveraineté stratégique et économique de l’Europe ».

afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *