Ecrivains et artistes se mobilisent pour Liu Xia, veuve du prix Nobel de la Paix

Liu Xia, veuve du dissident chinois Liu Xiaobo (Photo de juin 2009).

AP- Paul Auster, Khaled Hosseini ou encore John Maxwell Coetzee… De grands noms de la littérature mondiale se mobilisent en faveur d’une poétesse chinoise privée de liberté. Cette femme de lettres n’est autre que Liu Xia, la veuve du Prix Nobel de la Paix Liu Xiaobo, mort en prison l’année dernière. Liu Xia, 57 ans, est assignée à résidence et sa situation se dégrade.

Dépressive et isolée, Liu Xia se trouve de facto en résidence surveillée depuis près de 8 ans, sans procès, sans jugement. Les autorités chinoises l’ont placée sous surveillance le jour même de l’annonce de l’attribution du Prix Nobel à son mari, Liu Xiaobo, en 2010.  Ce dernier est mort, l’année dernière, d’un cancer en prison et son corps a été rapidement incinéré. Depuis, son épouse serait « au bord du suicide », terrassée par le chagrin. Un dissident en exil, ami de la poétesse, confirme qu’elle serait prête à « se laisser mourir ».

C’est pour répondre à cette détresse que le Pen Club, une association internationale d’écrivains, a décidé de faire entendre les mots de Liu Xia. Sur Internet, depuis hier, ses poèmes sont lus par 28 autres auteurs, artistes, militants. Les Américains Paul Auster et Alice Sebold, le Sud-Africain J.M. Coetzee ou l’écrivain d’origine afghane Khaled Hosseini.

« Pour moi, le futur est une fenêtre fermée, une nuit qui n’en finit pas, un cauchemar qui ne dissipe pas, je veux retrouver la lumière », les mots de Liu Xia font froid dans le dos. Les autorités chinoises, elles, assurent, contre toute évidence, que l’écrivaine est libre de ses mouvements.

afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *