Le cinéma israélien «a commencé à déranger»

«Foxtrot», un film de Samuel Maoz.

AP- Pour certains, le cinéma israélien est une forme de conscience morale de la société israélienne. Depuis les années 2000, ce que l’on a appelé le « nouveau cinéma israélien » a conquis les salles obscures aussi bien en Israël qu’à travers le monde. Une réussite due tout autant à la qualité des réalisateurs qu’aux thèmes choisis très éclectiques et souvent dérangeants. Une diversité qui lui vaut aujourd’hui une offensive du gouvernement qui menace de réduire l’attribution des financements lorsque les sujets sont trop critiques. Entretien avec Ariel Schweitzer, auteur du livre « Cinéma israélien de la modernité », historien, critique de cinéma, enseignant à l’université Paris VIII et à l’université de Tel-Aviv.

RFI : Comment jugez-vous l’évolution de la production cinématographique israélienne ?

Ariel Schweitzer : Le cinéma israélien n’a jamais été monolithique. On ne peut pas parler d’un thème dominant. Je pense que sa richesse, depuis le début des années 2000, c’était sa diversité. C’est un cinéma qui traitait aussi bien de sujets sociaux que des thèmes existentiels liés à l’amour, à la sexualité, mais aussi des films frontalement politiques. Quelques-uns des grands succès du cinéma israélien ces quinze dernières années, ce sont des films totalement politiques. Je peux parler par exemple de Valse avec Bachir d’Ari Folman qui a une vision critique sur la manière dont la guerre du Liban a été menée par le gouvernement israélien. Et on peut parler en fait de toute une trilogie autour de la guerre du Liban, Beaufort, le film de Joseph Cedar, Valse avec Bachir d’Ari Folman et Lebanon de Samuel Maoz. Une trilogie pour une part autobiographique puisque les cinéastes eux-mêmes étaient soldats durant la première guerre du Liban.

Comment traite-t-il cette guerre ?

Il traite cette guerre dans une perspective à la fois politique et aussi post-traumatique. Mais, il y a aussi des films qui traitaient de la situation dans les territoires occupés. Je peux parler d’un film coréalisé par un Palestinien et un Israélien, Scandar Copti et Yaron Shani, Ajami, qui passe entre les quartiers de Ajami à Jaffa et les territoires occupés; un film extraordinaire qui a été, lui aussi, sélectionné au Festival de Cannes.

Puis il y a aussi une vaste création documentaire qui est marquée par l’importance accordée aux sujets politiques. Je peux parler d’un cinéaste comme Avi Mograbi, un cinéaste à la fois audacieux sur le plan esthétique, parce qu’il renouvelle le genre de commentaires d’un film à l’autre, mais aussi dans sa vision politique. Dans son dernier film, par exemple, il rejette l’idée de deux États pour deux peuples et commence à véhiculer l’idée d’un État binational, mais véritablement démocratique dans un film comme Dans un jardin je suis entré. Puis un film comme The Gatekeepers, où cinq responsables de service de la sécurité intérieure israélienne, témoins de leurs expériences dans les territoires occupés, appellent à la fin de l’occupation. C’est un film de Dror Moreh qui a été diffusé aussi sous forme d’une série de télévision.

Donc le cinéma israélien était extrêmement divers, ce n’était pas uniquement un cinéma politique. Mais l’un des aspects importants de ces films était effectivement d’aborder des thèmes politiques dans une perspective à la fois complexe et souvent critique. Pour cette raison, le cinéma israélien est devenu ces deux dernières décennies une forme de conscience morale de la société israélienne. Comme ces films ont un écho très important à la fois en Israël et aussi à l’étranger, ce cinéma a commencé à déranger. Le gouvernement actuel a décidé donc de freiner le développement de ce genre de cinéma.

Le gouvernement actuel, sous quelle forme freine-t-il ? Est-ce qu’il diminue les subventions, est-ce qu’il ferme des organismes chargés d’aider ou alors est-ce qu’il fait le tri entre les réalisateurs ?

Ce qui se passe actuellement, c’est que les fonctionnements des fonds de soutien public du cinéma israélien sont remis en question. Ces fonds de soutien publics ont œuvré depuis le début des années 2000 au développement du cinéma israélien en appliquant la nouvelle loi du cinéma de 2001. Ils sont en grande partie responsables de l’essor actuel du cinéma israélien. Mais selon les responsables politiques, aujourd’hui, ces fonds sont devenus une sorte de clans fermés où ne sont acceptés que les scénarios et les projets de ces cinéastes appartenant à la gauche israélienne. Donc, la décision a été prise de nommer une commission d’enquête sur le fonctionnement de ces fonds. Et les conclusions de la commission vont dans un sens de renforcement des contrôles politiques des fonds de soutien. Le gouvernement va continuer à soutenir financièrement le cinéma israélien, mais il va contrôler lui-même les thèmes traités et les cinéastes choisis par le fonds de soutien pour réaliser ces projets.

C’est donc de la censure directe ?

C’est une forme de censure qui ne dit pas son nom. Par exemple, une des décisions qui vont être prises à la suite des conclusions de cette commission, c’est que les lecteurs de scénarios qui sont soumis au fonds de soutien seront nommés non pas par le directeur du fonds, mais par l’État lui-même. Pour l’État, c’est une manière d’introduire au sein des fonds des hommes proches du pouvoir qui vont assurer que certains sujets ne seront pas traités en essayant de promouvoir d’autres thèmes et d’autres cinéastes dont les projets vont dans le sens voulu par le gouvernement.

Avec la nouvelle configuration de financement des films que voudrait la ministre de la Culture, Foxtrot, de Samuel Maoz, pourrait-il être tourné aujourd’hui ?

Je doute qu’un film comme Foxtrot puisse être tourné aujourd’hui. D’ailleurs, il y a déjà une diminution notable de films politiques en Israël, parce qu’il y a un certain climat qui règne en Israël. A mon avis, ce climat pousse les cinéastes à l’autocensure, c’est-à-dire des cinéastes savent que certains sujets risques de déranger les directeurs des commissions et ils arrondissent les angles. Ils évitent de parler de certains sujets, parce qu’ils ont le désir de faire un film avec les fonds publics. Foxtrot est l’un des derniers films israéliens traitant d’un sujet politique qui se passe en partie dans les territoires occupés et qui donne une image peu flatteuse de la manière dont l’armée israélienne enterre des crimes commis par erreur ou pas, par des soldats israéliens.

Néanmoins, un film comme Foxtrot est un très grand succès. Il a fait plus de 100 000 entrées, principalement parce que le film est devenu un évènement médiatique sans précédent à cause des attaques subies par le réalisateur de la part de la ministre de la Culture, Miri Regev. Cette dernière a même proclamé qu’elle espère qu’un tel film ne présentera pas Israël dans les Oscars, et que s’il est élu parmi les films nominés aux Oscars du meilleur film étranger, qu’il ne gagne pas. Je pense que c’est sans précédent qu’un ministre de la Culture souhaite que le film qui représente son propre pays ne gagne pas l’Oscar ou un prix prestigieux sur le plan international.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *