Migrants: l’«Aquarius» fait tanguer l’UE

Devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a défendu la position de la France sur le silence de Paris sur l’accueil des migrants.

AP- L’« Aquarius » et les 629 migrants qui se trouvent à bord font route vers l’Espagne. L’Italie et Malte ont refusé de l’accueillir. La France, elle, est restée silencieuse jusqu’à ce que l’Espagne se dévoue pour recevoir l’« Aquarius ». L’attitude de Paris a été critiquée par les députés de gauche, mais également au sein même de La République en marche. Par ailleurs, l’UE a annoncé vouloir tripler son budget consacré à la crise migratoire et en Allemagne, la ligne de friction traverse désormais ouvertement la nouvelle coalition et le parti conservateur d’Angela Merkel.

« Il n’y a rien à comprendre. On les accueille et on verra après ». Sonia Krimi est en colère. La députée marcheuse pousse un coup de gueule contre sa famille politique. « Je n’apprécie pas que notre groupe n’ait pas une position forte sur ce sujet et qu’on soit obligé d’attendre un ministre aujourd’hui pour nous dire effectivement ce qu’il va faire. Non », dit-elle.

Pour Sonia Krimi, la France fait la « politique de l’autruche ». Sa collègue Anne-Christine Lang est moins virulente, mais elle est tout aussi mal à l’aise avec le silence de l’exécutif français. « Je crois que quand il y a des situations dramatiques, il faut pouvoir faire des exceptions surtout quand on est la France. »

La gêne est palpable dans la majorité. A tel point que certains préfèrent ne rien dire comme Sacha Houlié. « Je ne veux pas commenter ce genre de chose parce que je ne veux pas commenter ce genre de chose ».

Face au malaise, Richard Ferrand, le chef du groupe LREM, s’énerve et rappelle ses troupes à l’ordre.

« Mon Dieu, ce n’est pas un problème politicien, c’est un problème d’humanité. Il est inutile de rivaliser de sottises pour dire  » la France ceci, la France cela « . Nous sommes aux côtés des Espagnols, comme de celles et ceux qui décideraient d’accueillir ces migrants. Voilà ce qu’il faut comprendre », lance-t-il.

Dans l’Hémicycle, le Premier ministre Edouard Philippe propose l’aide de la France à l’Espagne, sans donner de réponse à l’urgence. Face aux critiques sur le silence de Paris, le chef du gouvernement a défendu la réaction française.

Cet épisode extrêmement cruel et extrêmement douloureux montre qu’il n’y a pas d’espoir d’une solution nationale à ce problème. Et que la réponse ne peut être qu’européenne. Vous m’interrogez sur la position de la France. Je voudrais indiquer à la représentation nationale qu’aucun autre pays n’a fait autant que la France pour stabiliser la situation politique au Mali […] qu’aucun autre pays que la France n’a fait autant pour essayer de stabiliser la situation politique en Libye…
Edouard Philippe, Premier ministre
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *