Réforme SNCF: maintien de la grève, le projet adopté à l’Assemblée

Les syndicats de cheminots – la CGT, la CFDT, l’Unsa et Sud Rail – ont appelé à poursuivre la grève (Photo prise le 12 juin à Lyon lors d’une manifestation).

AP- En France, le projet de réforme ferroviaire a été adopté à une très large majorité mercredi 13 juin par l’Assemblée nationale. 452 voix pour, 80 contre et 27 abstention. Le Sénat se penche à son tour ce jeudi sur l’adoption de ce projet de réforme. Le texte prévoit de transformer la SNCF en société anonyme, de fixer le calendrier de l’ouverture à la concurrence prévue au niveau européen et de supprimer l’embauche au statut de cheminot dans l’entreprise historique. Mais le projet reste contesté. Les syndicats de cheminots – la CGT, la CFDT, l’Unsa et Sud Rail – ont donc appelé à poursuivre la grève.

Devant les locaux de la SNCF, mercredi 13 juin, plusieurs dizaines de cheminots en grève sont venus interpeller les représentants syndicaux. Ils réclament la poursuite de la mobilisation.« Ce que demandent les cheminots, c’est le retrait du pacte ferroviaire. Pas une simple négociation. Nous on continue… c’est pas en nous forçant la main que ça va marcher », soutient Eric Bezou, cheminot gréviste.

A l’issue de leur réunion, les représentants syndicaux annoncent la poursuite du mouvement. « Les organisations syndicales appellent les cheminots à maintenir la pression sur les prochaines séquences de grève des 17, 18, 22 et 23 juin 2018. Cette période doit être le temps de négociations fructueuses », rappelle Laurent Brun, le secrétaire général de la CGT Cheminots.

La CFDT avait appelé mardi à suspendre ce mouvement pendant les épreuves du baccalauréat. Un appel à la trêve finalement nuancé par le secrétaire général de l’organisation, Didier Aubert : « A aucun moment dans le communiqué, nous n’avons appelé à suspendre le mouvement. La CFDT a demandé à ce que nos collègues puissent se mettre à disposition de la SNCF pour assurer les trains du quotidien (TER et RER) tout en continuant à appeler à la mobilisation ».

Le mouvement de grève dure depuis début avril. Il devrait se poursuivre jusqu’au 28 juin prochain date à laquelle l’intersyndicale appelle à une mobilisation massive. Ce jeudi, le projet de réforme ferroviaire arrive au Sénat, ou plutôt la version définitive négociée entre députés et sénateurs. Son adoption n’est donc qu’une formalité. Une réunion tripartite entre l’Etat, le patronat et les syndicats – est prévue vendredi 15 juin. Il s’agira de discuter la nouvelle convention collective du secteur.

Share
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *