Afrique du Sud: des terres louées à des fermiers noirs pour rééquilibrer

© MARCO LONGARI Des champs de maïs, près de Carletonville, le 29 avril 2020 en Afrique du Sud

JOHANNESBURG, AP- L’Afrique du Sud prévoit de louer 700.000 hectares de terres agricoles à des fermiers noirs, pour corriger des inégalités raciales héritées notamment de l’apartheid, a affirmé lundi le président sud-africain, soulignant que cela aiderait aussi à créer de l’emploi dans les zones rurales.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le 15 mars 2020 à Pretoria© Phill Magakoe Le président sud-africain Cyril Ramaphosa, le 15 mars 2020 à Pretoria

Le gouvernement avait annoncé la semaine dernière qu’il proposerait à partir de mi-octobre des baux de trente ans sur des terres sous-utilisées ou libres, à condition que les loueurs s’engagent à les utiliser à des fins agricoles.

Cette démarche s’inscrit dans un programme plus large visant à atténuer les inégalités criantes issues du colonialisme puis du régime de ségrégation raciale issu de l’apartheid, qui concentrent les terres aux mains de la minorité blanche.

“Au vu de notre histoire, l’ouverture d’un accès aux terres agricoles pour une production commerciale et une agriculture vivrière est une priorité nationale”, a déclaré le président Cyril Ramaphosa, dans sa lettre hebdomadaire à la nation.

“La propriété de la terre restant concentrée entre quelques mains, et la production agricole restant principalement le fait de fermiers commerciaux blancs, les effets de notre passé se font encore ressentir dans le présent”, a-t-il souligné.

Il a rappelé que l’Etat avait alloué 8,4 millions d’hectares à des “personnes autrefois désavantagées”, entre 1994 et 2018, mais que seulement 10% de ces surfaces étaient consacrées à l’agriculture.

Quand l’ANC a pris le pouvoir en 1994, à la fin de l’apartheid, l’Etat avait promis la redistribution de 30% des quelque 60.000 exploitations agricoles à des fermiers noirs. Mais cette réforme reste “lente et inefficace”, comme l’a souligné une récente étude.

L’agriculture reste une priorité dans un pays où plus de 40% des gens en zone rurale et près des 60% des citadins ont manqué de nourriture l’an dernier, a souligné le président. Des chiffres qui ont vraisemblablement augmenté avec le confinement.

M. Ramaphosa veut que ces nouveaux fermages contribuent à “transformer le paysage agricole”: “Ils doivent dissiper le stéréotype selon lequel seuls les fermiers blancs ont du succès, pendant que fermiers noirs sont perpétuellement en train d’+émerger+”.

Share Button
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *