A cause des prix élevés, les pays pauvres vont réduire leurs importations alimentaires, prévoit la FAO

Estimated read time 3 min read
Même si la production mondiale de maïs, de lait ou de viande devrait augmenter en 2023, les importations alimentaires des pays les plus pauvres devraient diminuer à cause du prix encore élevé de certaines denrées, a alerté jeudi la FAO.

Tandis que les pays aux revenus élevés continueront d’importer davantage, le montant de la facture des 47 pays les moins avancés, principalement situés en Afrique, devrait baisser de 1,5% cette année, a prévenu l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture(FAO) dans son rapport bi-annuel sur les « Perspectives de l’alimentation ».

Ce recul devrait être encore plus marqué et atteindre près de 5% dans les pays en développement importateurs nets de produits alimentaires, comme la Tunisie, l’Égypte ou le Pakistan.

La baisse des volumes d’importation de produits alimentaires dans ces deux groupes est « une évolution préoccupante », et suggère une diminution de leur capacité d’achat, selon la FAO.

Même si les prix des huiles ou des céréales sont redescendus depuis le pic atteint en mars 2022, après l’invasion de l’Ukraine, ils restent aujourd’hui à des niveaux élevés. Et ceux des fruits, des légumes ou des produits laitiers continuent de progresser, « ce qui freine la demande » en particulier dans les pays vulnérables.

« Ces préoccupations sont amplifiées par le fait que la baisse des prix internationaux d’un certain nombre de produits alimentaires de base ne s’est pas traduite, ou du moins pas complètement, par une baisse des prix au niveau du commerce de détail national », souligne la FAO.

A l’échelle mondiale, les dépenses d’importations alimentaires devraient battre un nouveau record en 2023, même si elles devraient « croître à un rythme beaucoup plus lent que l’an dernier ».

Après un bond de 18% en 2021 puis de 11% en 2022, la facture devrait augmenter de 1,5% pour atteindre 1.980 milliards de dollars.

En parallèle, la production de riz, de céréales secondaires (maïs, sorgho), d’oléagineux, de sucre, de lait ou de viande, à l’exception du boeuf et du porc, devrait être plus abondante en 2023/24.

La production de céréales secondaires devrait augmenter de 3% et atteindre 1.513 millions de tonnes, « un nouveau record » porté par une récolte attendue au plus haut au Brésil.

Celle du blé, à l’inverse, devrait reculer de 3% après le record de la saison précédente (777 millions de tonnes), du fait d’une moindre récolte en Russie et en Australie.

« Malgré ces perspectives généralement positives, les systèmes de production agroalimentaire mondiaux restent vulnérables aux chocs » climatiques, géopolitiques ou économiques, a prévenu la FAO.

You May Also Like

More From Author