0 3 minutes 1 semaine

AP- Ce vendredi 8 octobre, le président français a fait plusieurs annonces ? lors du sommet Afrique-France consacré aux sociétés civiles africaines, françaises et à la diaspora ?, dont la création d’un « Fonds d’innovation pour la démocratie en Afrique », avec une « gouvernance indépendante », ainsi que plusieurs initiatives culturelles.

Ce fonds, doté de 30 millions d’euros sur trois ans, doit aider les « acteurs du changement », notamment sur les questions de gouvernance et de démocratie, comme l’a recommandé le rapport élaboré par l’intellectuel camerounais Achille Mbembe, chargé de préparer le sommet qui se déroule à Montpellier, dans le sud de la France. Remis mardi au chef de l’État, le rapport d’Achille Mbembe sur les nouvelles relations entre l’Afrique et la France prône « un véritable dialogue d’égal à égal » fondé sur « un rapport neuf à la vérité, une plus grande capacité d’écoute et un changement de regard ».

Il appelle également à « relancer la dynamique de restitution et expérimenter les musées de demain », à « accompagner la jeunesse africaine vers l’emploi », à « créer une commission intercontinentale sur la transparence économique », à « tisser un nouveau narratif entre l’Afrique et la France » ou à « refonder les relations avec l’Europe du XXIe siècle ».

Treize propositions

Parmi ces propositions, la mise à l’étude d’une maison des mondes africains et des diasporas, future institution dédiée à l’Afrique, a également été retenue. Une mission d’étude devra rendre ses propositions dans les six mois.

Un fonds d’amorçage doté de 10 millions sera également créé pour aider des entreprises africaines innovantes du secteur du numérique, dans le cadre de l’initiative Digital Africa de soutien aux start-up africaines.

La France va aussi mettre en place un fonds pour aider les musées africains à accueillir des ?uvres internationales et un programme de soutien aux académies sportives africaines.

Emmanuel Macron, hôte du sommet et seul chef d’État présent ? les chefs d’État africains n’ont finalement pas été conviés ?, a par ailleurs annoncé la restitution fin octobre au Bénin de 26 ?uvres pillées au palais d’Abomey, ainsi que d’?uvres qui seront remises à la Côte d’Ivoire, dont, selon des sources diplomatiques, le Djidji Ayokwe, célèbre tambour parleur Ebrié actuellement au musée du Quai Branly-Jacques-Chirac et réclamé de longue date par Abidjan.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *