0 3 minutes 4 semaines

AP- Les Talibans en Afghanistan semblent avoir fermé le ministère des Affaires féminines et l’ont remplacé par celui de la Promotion de la vertu et de la Prévention du vice, un département qui appliquait autrefois des doctrines religieuses strictes dans le pays avant l’invasion américaine en 2001.

Des images sur les réseaux sociaux publiées le vendredi 17 septembre montrent que le panneau du ministère a été retiré et qu’un panneau pour le ministère de la  » vertu et du vice « , également connu sous le nom de « moralité « , a été mis à sa place.

Des images montrent également des employées à l’extérieur des bureaux, exhortant les Talibans à les laisser retourner au travail. Au cours des 20 dernières années, les femmes afghanes ont acquis un certain nombre de droits fondamentaux, mais ces progrès sont entravés par le nouveau gouvernement intérimaire entièrement masculin des talibans.

Des groupes de défense des droits humains ont critiqué le ministère de la vertu et du vice pour avoir fait taire la dissidence, imposant violemment des restrictions aux citoyens, en particulier aux femmes et aux filles, mais les talibans affirment que l’institution est importante.

« Le but principal est de servir l’Islam. Par conséquent, il est obligatoire d’avoir [un] ministère du Vice et de la Vertu« , a déclaré un taliban, Mohammad Yousuf, au New York Post.

Bien que les Talibans aient insisté sur le fait qu’ils gouverneraient l’Afghanistan de manière plus modérée que lorsqu’ils l’ont fait de 1996 à 2001, ils n’ont pas autorisé la plupart des femmes à reprendre le travail. Aucune femme ne faisait partie des ministres du nouveau gouvernement taliban annoncé il y a deux semaines.

Vendredi, le ministère de l’Éducation a annoncé dans un communiqué la réouverture des collèges et écoles pour garçons et le retour au travail des professeurs hommes.

Tous les professeurs hommes et les élèves doivent retrouver leurs établissements”, a-t-il fait savoir, sans aucune mention des enseignantes ni des collégiennes et des écolières. Sous le précédent régime, garçons et filles ne partageaient les mêmes bancs que dans certaines écoles primaires et à l’université.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *