October 18, 2021
  • Sénégal, DAKAR
  • ( 221) 77 443 98 69 / 77 280 71 83 / ( 223) 71 46 83 66 / 79 50 87 13
  • Dakar Sénégal
0 3 minutes 3 mois

AP- Depuis quelques années, le niveau du lac Tanganyika, qui est le plus grand réservoir d’eau douce en Afrique, ne cesse de monter…ce qui provoque parfois des catastrophes pour les populations riveraines, comme ici au Burundi, car la capitale Bujumbura est située au bord du lac. Outre le Burundi, le lac est bordé par la RDC, la Tanzanie et la Zambie.

« Pour le lac Tanganyika, les rapports indiquent que sa montée a été signalée vers 2020. Cela se situait entre 793 mètres et légèrement au-dessus de cela, et c’est quelque chose qui n’avait pas été observé depuis 2013, et cela a été largement attribué à l’augmentation des précipitations dans cette région. L’avenir serait probablement que si aucune mesure d’atténuation n’est mise en place, nous risquons de voir davantage de dommages aux personnes, en raison des augmentations. En particulier le déplacement des personnes et aussi des biens », explique le Dr. Richard Mwita, du service de la météorologie du Kenya.

Current Time 0:02
Duration 1:59
Loaded: 5.10%

0

Afrique : inquiétante montée des lacs

  • Nigéria : de nouvelles accusations déposées contre El ZakzakyLogo de Euronews
  • Tigré : les rebelles posent leurs conditionsLogo de Euronews
  • Centrafrique : l'ONU prolonge d'un an l'embargo sur les armesLogo de Euronews

La montée des eaux touche les populations, mais aussi les biens, comme les cultures vivrières et les élevages. Un phénomène météorologique surnommé « El Niño» pourrait expliquer la hausse du niveau du lac Tanganyika et des autres Grands Lacs africains. Il fait varier les températures de surface de l’océan Indien, provoquant « des pluies exceptionnelles » en Afrique de l’Est.

« La solution mondiale est en grande partie l’atténuation, qui est fortement liée à la tentative de gérer le changement climatique à partir de l’Accord de Paris, si nous pouvons maintenir les températures moyennes mondiales à moins de 1,5 degrés Celsius au cours des dix prochaines années, alors ce serait une très bonne action visant à limiter l’impact de l’élévation du niveau des lacs et d’autres impacts du changement climatique », poursuit le Dr. Richard Mwita.

Les projections des experts montrent que la situation devrait devenir « plus intense » avec le réchauffement de la planète. Au Burundi, on observe déjà un dérèglement du régime pluviométrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *