0 4 minutes 3 mois
AP- Des informations exclusives sur l’affaire L. Ndiaye du nom de la jeune dame dont son corps sans vie a été retrouvé dans un sac à Diamniadio mardi dernier.
 
Mis devant le fait accompli, le présumé auteur du crime a lâché le morceau devant les enquêteurs. Hamidou Sidibé a dévoilé le mobile du crime sur procès-verbal. Selon le ressortissant malien éclaboussé par ce crime crapuleux, leur bagarre au niveau de sa chambre a finalement viré au drame.
 
Revenant sur les faits, le charlatan de révéler que la jeune dame sollicitait des prières auprès de lui pour faire fructifier ses activités (business).
 
« L. Ndiaye m’avait déjà remis plus d’une centaine de mille pour que je lui fasse des prières. Mais lorsqu’elle est venue chez moi, je n’avais pas encore terminé mon travail. Il me manquait quelque chose », a-t-il déclaré devant les enquêteurs de la Brigade mixte de Diamniadio appuyés par un pool d’enquêteurs dont des éléments de Section de Recherches de Dakar.
 
Mais d’après le récit du charlatan, sa cliente était dans tous ses états parce qu’elle était pressée de recevoir ses prières. Ainsi, L. Ndiaye lui a précisé clairement, dit-il, qu’un charlatan ne va jamais l’escroquer.
 
Poursuivant ses aveux glaçants, Hamidou Sidibé retrace le film du drame. Mais il a tenté d’évoquer une légitime défense.
 
« L. Ndiaye m’a sommé de faire le travail en me disant « tu vas faire le travail à défaut je vais te faire la fête ». « Serigne du lék sama xaliss, défar ko, wala ga ray ma wala ma rayla », a-t-il fait croire aux gendarmes d’après des informations proches du dossier obtenues par Seneweb.
 
Finalement, la situation a dégénéré et leur dispute a viré à la bagarre. Bagarre au cours de laquelle L. Ndiaye avait pris le dessus sur lui.
 
À en croire notre source, L. Ndiaye pratiquait un art martial.
 
« Elle m’a donné un coup de pilon et j’ai réussi à l’arracher avant de riposter avec plusieurs coups », avoue-t-il avant de regretter vivement son acte.
 
Le présumé auteur du crime dira aux enquêteurs qu’il a connu L. Ndiaye depuis 2009. Et la victime le fréquentait souvent, dit-il, parce qu’elle était son amie.
 
Hamidou Sidibé a été déféré devant le procureur pour assassinat ainsi qu’Awa Sow et le chauffeur de taxi Dakha Soumaré visés pour complicité dans cette affaire. Mais les deux présumés complices du charlatan ne risquent pas gros d’après une source proche du dossier. En effet, Dakha Soumaré transportait le charlatan lors de ses déplacements à Dakar. Mais il n’était pas au courant du crime lorsqu’il transportait nuitamment la dépouille mise dans un sac.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *