Assassinat d’un opposant en RDC : Kinshasa ouvert à des

Estimated read time 3 min read
Le gouvernement de la République démocratique du Congo se dit ouvert à toute « expertise » extérieure, notamment belge et sud-africaine, dans l’enquête sur l’assassinat d’un opposant, qui a ajouté à la tension politique à quelques mois des élections, a-t-on appris samedi de source officielle.
 
Durant le Conseil des ministres de vendredi, le président Félix Tshisekedi a fait observer une minute de silence et condamné « le crime odieux qui a ôté la vie » à Chérubin Okende, dont le corps criblé de balles a été découvert dans sa voiture jeudi à Kinshasa.
 
« J’appelle (…) la justice, dans son impartialité et son indépendance, à faire toute la lumière sur cette ignoble affaire », a déclaré le chef de l’Etat, selon le compte rendu du Conseil lu par le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya.
 
Dans cet ordre d’idées, « la ministre de la Justice a été chargée de prendre contact avec les autorités belges, dont le Premier ministre a dit au président de la République la disponibilité de son pays à s’associer à l’enquête diligentée ». Des « experts sud-africains pourront aussi être associés », ajoute le texte.
 
« Le gouvernement demeure ouvert à toute expertise, aussi bien nationale qu’internationale, qui permettra de faire toute la lumière » sur la mort de M. Okende, souligne le compte rendu.
 
Chérubin Okende, 61 ans, avait démissionné de son poste de ministre des Transports en décembre dernier, en même temps que deux autres ministres proches de l’opposant Moïse Katumbi. Celui-ci venait alors d’annoncer sa candidature à la présidentielle de décembre prochain et le retrait de son parti, « Ensemble pour la République », de la coalition au pouvoir.
 
« Nous voulons que toute la vérité soit faite », a de son côté déclaré un porte-parole d’Ensemble, Olivier Kamitatu. « Nous en appelons à la Monusco » (la mission de l’ONU en RDC), aux Etats-Unis, à l’Union européenne, à « tous les partenaires qui disposent d’une expertise technologique, humaine, matérielle, pour identifier comment se sont déroulées les dernières heures de la vie de Chérubin », a-t-il ajouté, dans une vidéo diffusée notamment par son parti.
 
Un haut responsable de la justice congolaise avait annoncé jeudi qu’un « premier suspect » avait été interpellé. Une deuxième personne serait également entendue par les enquêteurs.
 
La présidentielle est prévue le 20 décembre, couplée à l’élection des députés nationaux et provinciaux ainsi que des conseillers communaux. Félix Tshisekedi, président depuis janvier 2019, est candidat à sa réélection.
 
A ce jour, plus d’une dizaine d’opposants ont annoncé leur intention de se présenter face à lui. Les principaux, dont Moïse Katumbi, considèrent que les instances électorales sont à la solde du pouvoir et préparent des élections frauduleuses.

You May Also Like

More From Author