0 2 minutes 2 semaines

AP- Benoît de Blanpré est le directeur de l’Aide à l’Église en Détresse (AED), une association catholique venant en aide aux chrétiens persécutés dans le monde.

On connaît la terrible loi journalistique du « mort au kilomètre ». C’est-à-dire qu’un décès qui survient à un kilomètre de chez soi émouvra autant que 10 décès à 10 kilomètres de là. Mais si, en lisant la presse française, j’appliquais cette loi au Nigeria, je devrais en conclure que ce pays se situe quelque part sur la Lune…Ce qui s’est passé le 5 juin est un acte barbare, odieux. Les terroristes ont poussé le vice jusqu’à se positionner aussi à l’extérieur de l’église afin de pouvoir exterminer tous ceux qui arrivaient à s’enfuir par les fenêtres et les portes. Une véritable boucherie avec peu d’écho médiatique. La veille, un énième prêtre était enlevé, le père Christopher Itopa Onotu, dans l’État de Kogi, au cœur du pays. Auparavant, à Sokoto, une étudiante était massacrée par ses camarades, battue à mort, pour un message posté sur les réseaux sociaux. Juste après l’évènement, la ville a été le théâtre de violentes manifestations, non en signe de solidarité avec la victime, mais pour protester contre l’arrestation de deux suspects !