0 3 minutes 3 semaines
AP- Après avoir constaté des « agitations anti démocratiques et anti républicaines », ainsi que des « actes irresponsables » dans l’espace public causés par une partie de la société civile et de l’opposition dite radicale, la Task Force Républicaine dit condamner avec la dernière énergie cette campagne de déstabilisation du pays.
 
De tels actes gâchent les grandes avancées économiques qui mènent le Sénégal vers 
l’émergence.
 
Dans un communiqué, le coordonnateur de la Task Force Républicaine, Birame Faye indique que cette campagne de déstabilisation « est l’œuvre d’une nouvelle race de politiciens et de leurs acolytes qui se réclament à tort de la société civile. En quête permanente de subventions et de financements ces groupes veulent se substituer au Conseil constitutionnel et au peuple pour dicter leur loi et favoriser une instabilité qui est leur sève nourricière ».
 
A ce stade, la TFR invite « cette frange de l’opposition à s’assumer et ne plus jamais utiliser le manteau de la société civile pour dérouler ses activités politiques. Pour la Task force républicaine, l’heure est au travail pour un Sénégal meilleur comme le souhaite son Excellence Monsieur le Président de la République Macky Sall ».
 
Elle rappelle que force doit rester à la loi.
 
Concernant le dossier politisé, Sonko Vs Adji Sarr, Birame Faye estime que les actes posés par Sonko après son audition sont d’une gravité extrême.
 
« Il harcèle les magistrats et viole son contrôle judiciaire en s’épanchant sur l’audition. Sonko devient ainsi un vrai danger public, qui pour sauver sa peau est prêt à tout. L’ancien député manifeste sa volonté de ne pas contribuer à l’éclatement de la vérité en refusant de répondre sur le fond et en rejetant le test ADN. Aujourd’hui encore il s’agrippe sur sa théorie du complot qui ne relève que de ses délires et de son objectif de politiser le dossier », écrit Birame Faye.
 
Ainsi, la TFR souhaite la poursuite des procédures d’instruction devant mener à un procès transparent pour le triomphe de l’état de droit.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *