0 3 minutes 1 semaine

AP- Comme il l’avait annoncé en février dernier dans son discours prononcé au siège du Département d’Etat, le président Joe Biden organise, les 9 et 10 décembre par visioconférence, un «sommet international pour la démocratie». A ce grand rendez-vous, le locataire de la Maison blanche a invité 110 Etats.

Sur la liste publiée par le Département d’Etat, le Maroc ne figure pas parmi les conviés, à l’instar de tous les pays de la Ligue arabe, à l’exception de l’Irak. C’est d’ailleurs la deuxième fois cette année que l’administration Biden zappe le royaume à un événement international qu’elle organise. Le sommet virtuel sur le climat en avril s’était déroulé sans le Maroc.

Une mise à l’écart qui avait suscité des grincements de dents à Rabat. Pour rattraper le coup, l’envoyé spécial des Etats-Unis pour le climat, John Kerry, avait profité de la réunion ministérielle «Climat et Développement», tenue le 31 mars par visioconférence au Royaume-Uni, pour s’entretenir avec le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. A cette occasion, l’Américain a salué les initiatives du roi Mohammed VI en faveur du développement des énergies vertes.

Pour rappel, Antony Blinken a soulevé à maintes reprises la situation des droits de l’Homme avec Nasser Bourita. Le dossier était d’ailleurs au menu de leur rencontre du lundi 22 novembre à Washington. Le Département d’Etat s’était montré «préoccupé» par les condamnations des journalistes Omar Radi et Soulaiman Raissouni à des peines d’emprisonnement.

Le volet des droits de l’Homme est inscrit sur l’agenda des rounds du Dialogue stratégique entre les deux pays. La dernière réunion entre les deux parties consacrée à ce dossier remonte au 22 septembre dans la capitale américaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *