December 3, 2021
  • Sénégal, DAKAR
  • ( 221) 77 443 98 69 / 77 280 71 83 / ( 223) 71 46 83 66 / 79 50 87 13
  • Dakar Sénégal
0 4 minutes 2 mois

AP- Les tensions montent d’un cran entre l’Europe, plus particulièrement la France, et la Biélorussie. L’ambassadeur de France dans le pays, Nicolas de Bouillane de Lacoste, a fait ses valises après que Minsk lui a demandé de quitter la Biélorussie avant lundi, a indiqué la porte-parole de l’ambassade dimanche. Elle n’a pas expliqué la raison invoquée par le ministère des Affaires étrangères pour demander le départ de l’ambassadeur. « Nicolas de Lacoste a quitté la Biélorussie aujourd’hui », a-t-elle ajouté.

« Le ministère biélorusse des Affaires étrangères a demandé que l’ambassadeur parte avant le 18 octobre », précise-t-il. L’ambassadeur « a dit au revoir au personnel de l’ambassade et a envoyé un message vidéo adressé au peuple biélorusse, qui apparaîtra demain sur le site Internet de l’ambassade ».

Selon des médias biélorusses, l’ambassadeur n’a jamais présenté ses lettres de créances au président Alexandre Loukachenko.

La France, à l’instar d’autres pays de l’Union européenne, n’a pas reconnu les résultats de la présidentielle d’août dernier, qui ont accordé un sixième mandat à M. Loukachenko et ont suscité durant plusieurs mois des manifestations massives et sans précédent dans cette ex-république soviétique, alliée de la Russie de Vladimir Poutine.

En mai déjà, la Biélorussie accusait la France de « piraterie aérienne », pour avoir refusé son espace aérien à un avion biélorusse effectuant une liaison Minsk-Barcelone. Après cet événement, la Pologne a fermé à son tour son espace aérien aux avions biélorusses. Cet incident intervenait trois jours après le déroutage vers Minsk d’un avion de ligne effectuant la liaison Athènes-Vilnius, à bord duquel se trouvait un opposant biélorusse, Roman Protassevitch. Tous deux ont été arrêtés à l’atterrissage en Biélorussie, ce qui a suscité une avalanche de condamnations occidentales et de nouvelles sanctions de l’UE.

L’Union européenne a récemment adopté une série de sanctions à l’égard du régime biélorusse après la répression des opposants à M. Loukachenko. Le pouvoir a réussi à mettre un terme aux manifestations, emprisonné des centaines d’opposants et fermé des dizaines de médias et d’ONG. Les leaders de l’opposition ont tous été mis en prison ou contraints à l’exil.

Contrairement aux anciens pays du bloc soviétique, la Biélorussie de Loukachenko conserve une relation forte avec son voisin russe. Lorsque Alexandre Loukachenko arrive au pouvoir en 1994, il revient même sur les réformes entamées depuis l’effondrement du bloc soviétique, refuse un « capitalisme sauvage » et engage le pays dans une économie dirigiste, contrôlée et soutenue par l’appareil étatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *