0 3 minutes 2 semaines

AP- État d’urgence dans certaines zones du pays, interdiction par endroits de la circulation de certains types de moyens de transport, mise en place de Volontaires pour la défense de la patrie (des supplétifs civils de l’armée), création de nouvelles régions militaires et légions de gendarmerie, délimitation de zones d’intérêt militaire, et on en oublie. Durant près de dix ans de lutte contre les groupes armés terroristes, le Burkina Faso aura été inventif en termes de politiques et de stratégies pour éradiquer le terrorisme. Ces mesures, jusque-là, ne lui ont pas pour autant permis de venir à bout de l’hydre qui continue de semer la mort, plusieurs milliers de personnes ont perdu la vie de son fait depuis 2015, mais aussi d’entraîner le déplacement massif des populations, près de deux millions de personnes, selon des chiffres officiels.

Cela dit, ces décisions pour conjurer l’état d’insécurité dans lequel le pays est plongé ont fait l’objet de commentaires, de discussions et même de controverses au sein de l’opinion. Et s’il y en a une parmi ces décisions qui a véritablement occupé le devant de la scène de l’actualité ces dernières semaines, c’est bien la création d’un « Fonds de soutien patriotique » (FSP).

Fonds de soutien à l’effort de guerre : une idée récente?

L’idée de ce fonds de soutien à l’effort de guerre a été émise dès mi-décembre 2022 à la faveur d’une rencontre entre le gouvernement, les opérateurs économiques et les syndicats. Le gouvernement y a marqué sa volonté de lever un peu plus de 100 milliards de francs CFA (152,4 millions d’euros). La cagnotte, une fois mobilisée, devrait servir à faire face aux dépenses d’un recrutement massif de 50 000 Volontaires pour la défense de la patrie. Dans le détail, 36 milliards de francs CFA devraient servir à la rémunération annuelle de ces Volontaires et 70 milliards pour leur équipement en armes et en tenues ainsi qu’à l’achat d’engins et de carburant. Et la facture est partie pour être d’autant plus élevée que le gouvernement de transition a décidé d’une hausse du montant mensuel alloué à chaque Volontaire. Payés 20 000 francs CFA (30,48 euros) chacun jusqu’à une date récente, ces supplétifs de l’armée recevront désormais 60 000 francs CFA (91,46 euros)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *