0 1 minute 2 mois
Les élections au Burkina Faso ne sont pas « une priorité » contrairement à la « sécurité », a affirmé le capitaine Ibrahim Traoré vendredi soir lors d’une interview à la télévision nationale, près d’un an jour pour jour après son arrivée au pouvoir par un coup d’Etat.
 
« Ce n’est pas une priorité, ça je vous le dis clairement, c’est la sécurité qui est la priorité », dans ce pays miné par les violences jihadistes, a-t-il répondu aux journalistes à propos d’élections théoriquement prévues en juillet 2024.