Cheikh Diop, SG de la CNTS/FC : “Près de 80 mille emplois ont été perdus, à cause de la Covid-19”

Cheikh Diop, SG de la CNTS/FC: « Près de 80 mille emplois ont été perdus, à cause de la Covid-19 »

AP-Le défilé des travailleurs n’a pas eu lieu, ce 1er Mai. Et ce, pour la deuxième année consécutive. La cause n’est autre que la pandémie du coronavirus qui sévit depuis 2019 dans le monde. Le Sénégal n’est pas épargné. Surtout le monde du travail frappé de plein fouet par la pandémie.

 
« Cette crise s’est très rapidement transformée en crise d’emploi et économique. Un travers le monde, sur recense plus de 100 millions d’emplois perdus. Au Sénégal, c’est près de 80 mille emplois perdus ; et cette estimation est dynamique. Mille deux cents travailleurs ont été licenciés. La perte d’emploi peut se traduire par une perte d’activité. Dans le secteur informel, il y a beaucoup d’activités qui sont perdues durant cette période », un renseigné le secrétaire général de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal/Forces du changement (CNTS/FC).
 
Invité de l’émission ” Jury du dimanche ” sur iRadio ce 2 mai, Cheikh Diop a aussi déclaré: ” L’évaluation que nous avons faite de la pandémie est dynamique. Mais aujourd’hui, sur constate que beaucoup de secteurs ont souffert de cette pandémie. Le secteur touristique, l’hôtellerie, les transports, la restauration… Aujourd’hui, cette pandémie nous a fait découvrir la vulnérabilité de certaines puissances. »
 
Ainsi, il a fait savoir que la Covid-19 a confiné l’économie mondiale et fermé les frontières que la mondialisation a grandement ouverte. Le SG d’affirmer : « Cela veut dire que la Covid-19 nous enseigne que le monde ne peut plus être gouverné sans valeurs essentielles : la valeur de travail et la valeur de la solidarité. Ce sont des valeurs cardinales qu’il faut intégrer dans la gouvernance des humanités, mais aussi dans l’élaboration des politiques publiques. C’est la Covid-19 qui a ressuscité le mot résilience sociale. »
 
Donc, avance-t-il, « ces leçons, il faut qu’on les retienne ». « Aucun Etat, si puissant soit-il, ne peut se passer de la solidarité. Aucun Etat, si faible, ne démérite pas la solidarité. Ce sont des leçons que la pandémie nous enseigne », a conclu Cheikh Diop.
afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *