Conseil de défense sanitaire : ce qu’il faut retenir des nouvelles mesures anti-Covid-19

Estimated read time 6 min read

AP- Face à une cinquième vague fulgurante et un variant omicron très contagieux en embuscade, le gouvernement a annoncé ce vendredi de nouvelles mesures d’ici les fêtes après un nouveau Conseil de défense sanitaire. Voici les principales mesures et recommandations égrenées par le Premier ministre Jean Castex sur BFM TV.

Un projet de loi début janvier pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal

C’est la proposition phare du discours prononcé par Jean Castex depuis Matignon. Après avoir expliqué que le gouvernement renforcera «en janvier l’incitation à la vaccination car il n’est pas admissible que le refus de quelques millions de Français de se faire vacciner mette en risque la vie de tout un pays et entame le quotidien d’une immense majorité de français qui a joué le jeu depuis le début de l’épidémie, le Premier ministre a ensuite annoncé «qu’un projet de loi sera soumis au Parlement début janvier pour transformer le pass sanitaire en pass vaccinal.» Concrètement, pour aller au restaurant ou au cinéma, un simple test antigénique ou PCR enregistré dans votre carnet de bord sanitaire ne suffira plus. Il faudra présenter un schéma vaccinal complet. Il s’agit d’une dernière sommation avant la vaccination obligatoire que d’autres pays européens comme l’Autriche ont adoptée. Un durcissement assumé politiquement par l’exécutif : «Je procéderai en début de semaine prochaine à une concertation préalable sur ce projet, ainsi que sur toutes autres dispositions utiles pour étendre au maximum la vaccination. Nous assumons le faire peser la contrainte sur les non-vaccinés, car les services de soins critiques et de réanimation de nos hôpitaux sont remplis, pour l’essentiel, de personnes non vaccinées.»

Contrôles et sanctions durcies pour les fraudeurs au pass

Jean Castex espère convaincre les millions de Français qui refusent encore de se faire vacciner, avec le pass vaccinal. Mais il n’oublie celles et ceux qui ne sont pas protégés faute d’accès aux soins. Pour cela, le gouvernement amplifiera «les démarches dites ‘‘d’aller vers’’ en direction des populations non vaccinées qui ont pu passer à côté de la vaccination par méconnaissance ou parce qu’elles sont traditionnellement les plus éloignées du système de soins».

Les mairies doivent renoncer aux concerts et feux d’artifice le soir du Nouvel An

Pour le Nouvel An, les rassemblements sauvages, les feux d’artifice et les concerts seront interdits. «J’en appelle à la responsabilité de tous pour trouver d’autres modalités que de grands rassemblements», a déclaré le chef du gouvernement, qui dit comprendre «la frustration de devoir se limiter dans ces moments festifs».

La rémunération des heures supplémentaires réalisées à l’hôpital sera «multipliée par deux»

Cette mesure sera effective à compter de lundi prochain, a affirmé Jean Castex. «Nous avons demandé aux professionnels de ville de se mobiliser pour assurer la permanence des soins pendant cette période» et «des mesures seront également déployées pour nos services d’urgence, mais ce que nos soignants attendent de nous, c’est que nous soyons prudents et surtout que nous nous vaccinions» a ajouté le chef du gouvernement depuis Matignon.

Pour les fêtes de Noël : «moins on est nombreux, moins on prend de risques».

«La cinquième vague delta est là et bien là. Elle continue de nous toucher avec près de 50 000 cas par jour. […] Le variant omicron se déroule à une vitesse fulgurante. Nous pensons que ce variant pourrait d’être dominant au début de l’année 2022», a rappelé Jean Castex, tout en avouant ne pas encore «tout connaître de ce variant. Les données indiquent qu’une couverture vaccinale complète nous protège contre les formes graves de la maladie». Limiter au maximum les contaminations à l’approche des fêtes de fin d’année «passe par des recommandations simples : plutôt qu’un nombre précis (6, 8, 10), appuyons-nous sur un principe de bon sens : moins on est nombreux, moins on prend de risques».

Gratuité des autotests pour les vaccinés et pour les personnes pas ou peu symptomatiques

Cette mesure a été déflorée par le principal syndicat de pharmaciens (FSPF), avant même la fin du Conseil de défense qui a débuté à 16 heures : comme annoncé quelques heures plus tôt par la FSPF, le principal syndicat de pharmaciens, le gouvernement prévoit un remboursement des autotests de dépistage du Covid-19, à hauteur de deux par personne entre le 20 décembre et le 2 janvier. Mais «seules les personnes vaccinées pourraient bénéficier de la prise en charge des autotests par l’Assurance maladie», précise la FSPF dans un message diffusé à ses adhérents.

Le président de la FSPF, Philippe Besset, y voit «une solution additionnelle» pour les officines qui atteignent «une espèce de plafond de verre sur les tests antigéniques». Mais il redoute «une forte demande» et regrette que les pharmaciens n’aient «pas été prévenus suffisamment tôt» pour augmenter leurs stocks, estimés «entre 800 000 et un million d’autotests», avec le risque «que beaucoup de gens soient déçus car ils voudront des autotests et il n’y en aura pas assez».

Avant même la tenue du conseil, le gouvernement avait fait savoir jeudi que la France allait durcir ses conditions d’accès pour les voyageurs en provenance du Royaume-Uni afin de limiter la propagation du variant omicron. Ces restrictions seront effectives dès ce week-end. Pour autant, la France «n’envisage pas de mettre en place de tests» anti-Covid pour les voyageurs venant d’autres pays de l’UE, a déclaré Emmanuel Macron. Jeudi, 60 866 nouveaux cas ont été diagnostiqués en France, contre 65 713 cas la veille.

Jean Castex lors de sa conférence de presse Covid, le 17 décembre.© GEOFFROY VAN DER HASSELT Jean Castex lors de sa conférence de presse Covid, le 17 décembre.

You May Also Like

More From Author