Départ de la France du Mali : une « humiliation en moins » selon l’ancienne ministre Aminata Traoré

Estimated read time 2 min read
AP-Ancienne ministre d’Alpha Oumar Konaré, Aminata Traoré s’est toujours opposée à l’intervention de l’armée française au Mali. Les soldats de l’opération « Barkhane » sont finalement partis du pays et la militante altermondialiste de 75 ans s’en réjouit. Elle pense que le Mali a regagné sa souveraineté comme le prétendent les autorités de la transition. 
 
« Oui, car la France n’a pas gagné cette guerre. Elle est partie et nous non plus, nous ne l’avons pas encore gagnée. Mais il y a l’humiliation en moins. Au Mali, toute une génération de militaires a vécu dans sa chair ce que cette guerre veut dire. Des jeunes ont été projetés sur le terrain, sans autonomie de pensée ou d’analyse de la situation » a déclaré la militante altermondialiste de 75 ans dans un entretien accordé au journal Le Monde.
 
« Tenir tête au diktat de Macron »
 
Pour elle, quand les Maliens disaient « Laissez-nous tenter le dialogue avec Iyad et Koufa (chefs terroristes) », la France, répondait « Il n’en est pas question ! ». Et les gens mourraient, et continuent de mourir comme « des mouches ». C’est « tout cela qui nous a amenés à tenir tête au diktat de Macron » a-t-elle expliqué. Le bourrage de crâne consiste à répéter aux Maliens qu’il n’y avait qu’une seule manière de lutter contre le djihadisme : l’instrument militaire, a-t-elle poursuivi. L’ancienne ministre dit constater que la « libération promise a tourné à l’enlisement ». Aminata Traoré s’est par ailleurs prononcée sur les manifestations anti-français au Sahel.
 
Pour nous dire « nous sommes incapables de penser par nous-mêmes »
Celle qui a publié en 2002, « le Viol de l’imaginaire », trouve que cette « colère est l’expression douloureuse et peut-être violente d’un sentiment d’humiliation. L’humiliation après tout ce qui nous est arrivé, de voir nos drames et nos morts traités différemment ». Cette humiliation est aussi ce discours de Nicolas Sarkozy à Dakar, estime la militante altermondialiste. Cependant, faire une fixation sur un sentiment « antifrançais créé et entretenu par la propagande russe c’est encore une manière de nous dire que nous sommes incapables de penser par nous-mêmes et de nous révolter » condamne Aminata Traoré.

You May Also Like

More From Author