Deuxième anniversaire de l’investiture du Chef de l’État, malien Assimi GOITA

Estimated read time 9 min read

Le 7 juin 2021, le Président de la Transition, Son Excellence le Colonel Assimi GOITA, Chef de l’État, prenait le peuple malien à témoin lors de son investiture en prêtant serment devant les magistrats de la Cour suprême. Un moment solennel qui avait été marqué par de grands engagements dont surtout la lutte contre l’insécurité, les réformes politiques et institutionnelles, le développement socio-économique et sanitaire. Une initiative du Président de la Transition qui aura tout particulièrement retenu l’attention des Maliens. Il s’agit des œuvres sociales dont l’objectif est d’assurer l’accès des populations vulnérables à l’eau potable et aux soins de premières urgences.

Dès les premières heures de leur prise de pouvoir, le 18 aout 2020, les autorités maliennes ont reconnu être venues parachever la lutte des Maliens pour l’avènement du Mali Koura. Un pays où le peuple sera désormais au cœur de la gouvernance politique. D’où la tenue des Assises nationales de la refondation desquelles sont issues 517 recommandations, à la suite des Journées de concertation nationale en septembre 2020. La mise en œuvre de ces recommandations des ANR a d’ores et déjà commencé.

  • Les Assises nationales de la refondation

En vue de faire l’état des lieux des problèmes qui assaillent le Mali depuis des décennies, les autorités de la Transition ont initié ce cadre de large concertation. À travers cette initiative, les Maliens, dans les Communes, Arrondissements, Cercles et Régions ainsi que dans le District de Bamako ont eu l’occasion de s’exprimer sur les problèmes auxquels ils sont confrontés et ont suggéré des solutions. Ces concertations à la base se sont achevées par une compilation des conclusions au niveau national, assortie de certaines recommandations phares parmi lesquelles on peut citer :

  • La valorisation de l’armée malienne
  • La valorisation des légitimités traditionnelles et coutumières
  • La valorisation des langues nationales
  • La rédaction d’une nouvelle Constitution
  • La militarisation de la police
    • Le CINSERE-ANR

Le Président de la Transition s’est engagé à mettre en œuvre les différentes recommandations exprimées par le peuple malien lors des Assises nationales de la refondation. C’est ce qui explique qui explique la mise en place du Comité de suivi-évaluation des recommandations des Assises nationales (CINSERE-ANR), en avril 2022. Son objectif est de « de mesurer et d’apprécier l’exécution et les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations des Assises nationales de la refondation ».

  • Défense et sécurité
  •  La sécurité et la défense demeurent la priorité du Président de la Transition depuis son arrivée au pouvoir. Selon ses précisions, tout dépend de la sécurité et de la stabilité. C’est la raison pour laquelle, le Chef de l’État travaille d’arrache-pied depuis son arrivée au pouvoir pour l’amélioration des conditions de vie et de travail des forces armées maliennes de défense et de sécurité à travers la remise de plusieurs équipements sophistiqués et des gestes humanitaires à l’endroit des veuves et orphelins de militaires tombés sur le champ de l’honneur.

Pour un retour pérenne de la sécurité dans les régions en crise, la militarisation de la police et de la protection civile a été recommandée par les Maliens et le processus a été engagé, sous le leadership de SE le Colonel Assimi GOITA. L’objectif est de cette mesure de militarisation est de renforcer davantage le dispositif sécuritaire par un déploiement massif d’éléments de police et de protection civile sur le terrain, notamment dans les zones conquises par l’armée malienne en vue d’éviter ainsi le retour des forces obscurantistes. Stratégie concluante si l’on sait que la nature a horreur du vide.

  • La valorisation des légitimités traditionnelles

Le 11 novembre a été institué Journée nationale des légitimités traditionnelles. Cette valorisation s’est traduite surtout par la remise des insignes de l’État à ces autorités qui servent de relais de l’administration publique au niveau de leur base. Cette implication officielle des chefs de village, de fraction et de quartier dans la gestion des affaires publiques, une première dans l’histoire du Mali, répond au souci du Président de la Transition de rapprocher l’administration des administrés, pour plus d’efficacité dans la gestion des affaires publiques et communautaires. L’objectif est d’impliquer tous les Maliens dans la gestion de l’État.

  • Rédaction d’une nouvelle Constitution et valorisation des langues nationales

Le projet de nouvelle constitution, dont le référendum est annoncé pour le 18 juin prochain, est l’une des recommandations phares des ANR. Le Chef de l’État, toujours animé d’un souci d’efficacité, de transparence dans la gestion des affaires publiques, a fait participer tous les Maliens à ce projet, qui constitue le soubassement du Mali Koura. De la phase des concertations à la restitution de l’avant-projet et à la remise du projet de constitution au Président de la Transition, les Maliens ont toujours été impliqués dans ce projet, brossant l’architecture du Mali nouveau, puisque prenant en compte les aspirations profondes du peuple malien, notamment la question de la valorisation des langues nationales.

  • Les œuvres sociales

Depuis son investiture comme Président de la Transition, SE le Colonel Assimi GOÏTA, Chef de l’État, n’a cessé d’édicter des mesures en vue de dynamiser les secteurs productifs stratégiques pour la sécurité et l’indépendance économiques du Mali. Au total, il faut retenir quatorze mesures socio-économiques, dont les œuvres sociales :

  • La construction d’une usine de raffinage de l’or
  • La mise en place de la SOREMA
  • La mise en place d’une école de mines
  • La relance de la construction du barrage de Taoussa
  • La construction d’une usine de filature du coton
  • La construction d’un hôpital de 4e référence
  • La mise en place d’un pôle technique et scientifique de robotiques
  • La construction de 4000 logements au profit des FDS
  • La relance du chemin de fer et construction de deux lignes de chemin de fer Mali-Guinée
  • La relance des activités de l’UMPP
  • La relance des activités de la COMATEX
  • La stabilisation du prix des denrées alimentaires
  • Le RAVEC de l’administration de l’État.

Les œuvres sociales sont une initiative d’assistance humanitaire qui fait partie des quatorze mesures de relance socio-économique du Président de la Transition. Son objectif est de rapprocher davantage l’administration des administrés, créer plus de justice sociale, participer à la concrétisation des Objectifs de développement durable (ODD) pour l’horizon 2030, surtout en ce qui concerne l’accès à la santé, à l’eau, mais aussi et surtout à la lutte contre la malnutrition et l’insécurité alimentaire.

De son investiture à nos jours, le Président de la Transition a implanté et inauguré plus de 300 forages, à travers toutes les régions du Mali, souvent dans des localités qui n’avaient jamais vu une délégation présidentielle mettre le pied sur leur sol. Plusieurs tonnes de vivres ont également été distribuées aux couches les plus vulnérables (veuves, orphelins, personnes en situation de handicap, des populations déplacées internes, etc.) À travers cette initiative, des moulins, des kits scolaires, des motos tricycles pour personnes en situation de handicap, des motopompes, des ambulances ont également été distribués. Des hôpitaux ont aussi été équipés en appareils de dialyse et en matériels médicaux divers.

Toutes ces œuvres ont pu être réalisées grâce à l’allocation des 2/3 du fonds de souveraineté du Président de la Transition. Selon sa Conseillère spéciale, Colonel Assa Badiallo TOURE, en vue de satisfaire les besoins des Maliens et honorer son engagement, les œuvres sociales engloutissent la quasi-totalité du fonds de souveraineté du Chef de l’État. À travers cette initiative le Président de la Transition délivre une très belle leçon de solidarité au peuple malien.

Au titre des œuvres sociales, il convient de noter la remise de 42 ambulances médicalisées, de 05 minibus, de 02 bus de 70 places, de 02 pick-up, de 140 tricycles, de la distribution de près de 1000 tonnes de céréales, de 10 générateurs de dialyse avec les intrants au service de Néphrologie du Point G. Aussi, plusieurs équipements médicaux (appareils d’échographie, de labo, incinérateurs électriques, respirateurs, lits, tables de consultation, bistouris électriques…) ont été remis à des hôpitaux et CSREF.

A tous ceux-ci, il faut ajouter l’organisation et la tenue des Journées de consultations gratuites avec dons de médicaments dans certains villages, mais aussi la remise de 3 groupes électrogènes au Ministère de la santé et du Développement social. Notons aussi la remise de matériels informatiques, de kits de matériels de transformation des produits (séchage, savonnerie, pâte d’arachides), des moulins pour les femmes, de plus de 500 kits de fournitures scolaires, des bœufs et des moutons pendant les fêtes de Ramadan et de Tabaski.

Des femmes ont également été formées pour les transformations. Au compte du Centre de Santé de référence de Kati, un bloc administratif a été construit ainsi que des toilettes et une buanderie, des salles d’hospitalisation ont également été rénovées.

Au cours de ces deux années, il faut souligner la construction de trois centres de dialyse, actuellement au stade de finition.  Il convient d’ajouter à cette liste, la formation au Maroc du personnel Néphrologues, des médecins généralistes et infirmiers.

Toutes ces grandes réalisations démontrent à suffisance les prouesses du Président de la Transition. En seulement deux ans, il a fait plus de réalisations que des précédents régimes en cinq ou dix ans. Preuve que tout n’est qu’une question de volonté politique et pas que de moyens.

Par ce rapide tour d’horizon, force serait de constater les prouesses de la Transition ainsi que celles du Colonel Assimi GOITA à travers les différentes mesures et réformes courageuses sans compter les œuvres sociales qu’il a initiées et dont l’impact est indéniable sur la vie des populations.

Cellule de Communication et des Relations publiques

 

You May Also Like

More From Author