En Algérie et en Tunisie, des incendies balayent la région côtière

Estimated read time 3 min read

C’est devenu un cliché symbole : la photographie du thermomètre du tableau de bord de la voiture, affichant des chiffres délirants. Les villes du nord de l’Algérie et de la Tunisie ont enregistré des records de chaleur, lundi, avec des températures atteignant 49 degrés à l’ombre. Les vents forts et la sécheresse de la végétation ont fait le reste : des incendies massifs ont balayé la bande côtière, entre Béjaïa, en Kabylie, et la ville tunisienne de Nefza, à 150 kilomètres à l’ouest de la capitale. En Algérie, au moins 34 personnes, dont 10 militaires encerclés par les flammes à Beni Ksila, ont péri, selon un bilan communiqué par le ministère de l’Intérieur lundi soir. En seulement quarante-huit heures, les autorités ont comptabilisé 97 départs de feux. Quinze d’entre eux faisaient toujours rage mardi matin.

Dans les deux pays, quelques milliers de résidents et de touristes ont été évacués, ou ont fui d’eux-mêmes en direction des plages. Pris au piège, certains ont été secourus par voie maritime. Des images de médias locaux ont montré des champs et des maquis en feu, des voitures calcinées et des devantures de magasins réduites en cendres. Des témoins ont décrit à l’Agence France-Presse des langues de feu dévorantes se déclenchant soudainement, «comme un chalumeau». Côté algérien, plus de 8 000 agents de la protection civile et 525 camions ont été mobilisés, selon les autorités. Des hélicoptères et un avion bombardier d’eau à grande capacité sont intervenus. En 2020 et 2021, les incendies estivaux avaient fait plus de 130 morts en Algérie, essentiellement en Kabylie, une région montagneuse très boisée, soumise depuis des semaines, cette année encore, à une intense canicule. Les températures de ces jours-ci sont supérieures de 6 à 10 degrés aux normales de saison.

Pour éviter la réédition de deux étés meurtriers consécutifs, les autorités algériennes avaient sonné la mobilisation dès le printemps, en aménageant des aires d’atterrissage d’hélicoptères dans 10 wilayas (préfectures) et en mobilisant des drones de fabrication locale pour la prévention des incendies. Le ministère de l’Intérieur avait annoncé en mai l’achat d’un avion gros bombardier d’eau et la location de six autres en Amérique du Sud. Alger avait aussi passé commande à la Russie de quatre avions, mais leur livraison a été retardée par les «répercussions de la crise en Ukraine».

Côté tunisien, les feux n’ont heureusement pas fait de victime jusqu’à présent. Au moins 300 personnes ont été évacuées par la mer du village de Melloula, déjà touchée par un grave incendie la semaine précédente. Les températures caniculaires ont provoqué des coupures de courant électrique, la compagnie publique Steg devant se résoudre à effectuer des délestages pour préserver la performance du réseau pendant les heures de forte consommation. Le 10 juillet, un record de consommation d’électricité avait été atteint à 4 692 mégawatts, à cause d’une utilisation intensive de la climatisation.

You May Also Like

More From Author