0 2 minutes 6 mois

AP- Les déclarations jugées racistes du Premier ministre hongrois Viktor Orban ne passent décidément pas. Après son discours de samedi 23 juillet contre « le mélange racial », les réactions indignées se sont multipliées en Europe comme au sein de la classe politique nationale. L’une des conseillères les plus anciennes du Premier ministre a même annoncé sa démission.

Voilà vingt ans que Zsuzsa Hegedüs travaillait aux côtés de Viktor Orban. Elle décrit même leur relation comme amicale. Mais dans sa lettre de démission diffusée par les médias hongrois, elle décrit un malaise de moins en moins supportable ces dernières années devant le « virage illibéral » opéré par Viktor Orban.

Ce samedi 23 juillet, l’homme à la tête de la Hongrie depuis douze ans a dépassé les limites de ce que Zsuzsa Hegedüs pouvait supporter sans renoncer à ses valeurs, a-t-elle affirmé.

En déplacement en Transylvanie roumaine, Viktor Orban s’est lancé dans une nouvelle tirade incendiaire contre les sociétés multi-ethniques. Il a affirmé refuser une « race mixte qui se mélangerait avec des non-Européens » et martelé que les pays de cohabitation entre Européens et non-Européens « n’étaient plus des Nations ».

Outre l’indignation à l’international, en Hongrie, l’opposition et la communauté juive dénoncent un discours aux relents racistes

De son côté, Zsuzsa Hegedüs rappelle qu’elle a longtemps défendu le Premier ministre contre des accusations d’antisémitisme, mais que ce discours qu’elle juge comme « purement nazi » est cette fois tout simplement « indéfendable ».

AC