0 3 minutes 3 semaines

Face au coup d’Etat militaire au Niger, l’intervention militaire brandie par la Cédéao en juillet dernier est loin de se concrétiser. Le président ivoirien, Alassane Ouattara partisan farouche de cette intervention, a changé de cap. Il privilégie désormais une solution politique et diplomatique pour une sortie de crise.

 Le chantage d’une intervention militaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) au Niger paraissait déjà de moins en moins vraisemblable ces dernières semaines. Car, au sein même des dirigeants ouest-africains, il n’y a pas une entente sur ce sujet. Il y a ceux qui sont pour l’option militaire et ceux qui pensent qu’il faut privilégier la voie du dialogue pour éviter un embrasement de l’espace sous-régional déjà sous la menace du terrorisme.

La Côte d’Ivoire d’Alassane Ouattara, partisan d’une ligne dure et belliciste contre le général Abdourahamane Tchiani le président de la Transition nigérienne, a renoncé à l’idée d’une intervention militaire de la Cédéao contre ce pays.

Alassane Ouattara a décidé de changer de fusil d’épaule. Le chef de l’Etat ivoirien privilégie davantage une solution politique et diplomatique pour faire sortir le Niger de la crise qu’il traverse.

Les mises en garde du général de corps d’armée, Lassina Doumbia, chef d’Etat-major général des Armées de Côte d’Ivoire expliquent ce revirement spectaculaire d’Alassane Ouattara.

“Suite à des mises en garde de la part de son état-major militaire, le Président de Côte d’Ivoire a abandonné l’idée d’une intervention militaire au Niger, avancée en juillet par la Cédéao”, peut-on lire dans les colonnes de Jeune Afrique.

Selon les explications de nos confrères de Jeune Afrique, le chef d’Etat-major général des Armées jugeait l’opération trop sensible. Les troupes qui devraient prendre part à l’opération regroupée à Daloa, ville du centre ouest du pays, ont alors été démobilisées à la demande du président ivoirien.

Alassane Ouattara s’est entretenu le vendredi 10 novembre 2023 en marge du premier sommet Arabie saoudite-Afrique, avec le président de la Transition gabonaise, le général Brice Oligui Nguema.

Le nouvel homme fort du Gabon qui a renversé en août dernier Ali Bongo Ondimba a indiqué être venu faire ses civilités au président Alassane Ouattara et bénéficié de ses conseils afin de mener à bien la Transition au Gabon.

Ousmane Mahamane