0 2 minutes 4 semaines

AP- C’est un appel désespéré lancé à Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne. Plusieurs familles de détenus européens en Iran appellent l’Union européenne à agir pour faire libérer leurs proches, injustement emprisonnés, selon eux. Ils se disent « révoltés » parce que l’UE semble ignorer leur « calvaire ».

Ils sont Allemand, Autrichien, Suédois et Français, détenus depuis plusieurs années en Iran. Leurs proches se mobilisent en écrivant une lettre commune à Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne.

« On se sent abandonnés »

Parmi les signataires : Blandine Brière, la sœur de Benjamin Brière, un Français détenu depuis plus de deux ans en Iran pour avoir pris des photos de « zones interdites » avec un drone : « Aujourd’hui, on se sent abandonnés parce qu’on n’a rien de concret qui nous donne de l’espoir, qui nous donne l’impression d’avancer dans cette affaire. »

« Et Benjamin, dit-elle, cela fait plus de deux ans qu’il est incarcéré et qu’il est aujourd’hui accusé d’espionnage et de propagande, qu’il a été condamné à huit ans de prison pour espionnage. C’est complètement irréel. C’est complètement injuste. On le sait que Benjamin est pris en otage par le régime iranien et qu’on est complètement impuissants face à cela. On est tous à bout de souffle face à cette situation. On veut simplement sa liberté et que justice soit faite ».

Prise d’otage

Les familles européennes dénoncent une prise d’otage de ressortissants étrangers qui servirait de monnaie d’échange au régime iranien. Leur message intervient alors que les négociations sur le nucléaire entre l’Iran et les puissances occidentales sont toujours bloquées.