0 2 minutes 1 semaine

AP- Les Kényans se rendent aux urnes mardi pour des élections présidentielle, législatives et locales à forts enjeux dans ce pays d’Afrique de l’Est en proie à une certaine désillusion politique et une explosion du coût de la vie.

Riche de sa faune, ses plages et ses terres agricoles, le Kenya est un moteur économique de l’Afrique de l’Est, et ce malgré la pandémie et une sécheresse inédite depuis 40 ans. Quatre candidats sont en lice pour la fonction suprême, dont l’actuel vice-président William Ruto, et Raila Odinga, ancien leader de l’opposition désormais soutenu par le pouvoir.

Voici cinq choses à savoir sur ce pays niché entre les Grands Lacs et l’océan Indien :

Fin de l’ère Kenyatta

Le Kenya accède à l’indépendance en 1963 après huit ans de rébellion contre le régime colonial britannique. Jomo Kenyatta devient le premier président de cette jeune République, remplacé à sa mort en 1978 par Daniel Arap Moi. En 2002, 11 ans après l’abandon du régime du parti unique, première alternance démocratique : l’opposant Mwai Kibaki remporte la présidentielle.Mais en 2007, l’annonce contestée de sa réélection entraîne des violences politico-ethniques inédites qui se soldent par plus de 1 100 morts. En 2008, un gouvernement d’union nationale est mis en place, dont Raila Odinga, aujourd’hui candidat, est Premier ministre. Ce dernier est battu à la présidentielle de 2013 par le fils de Jomo Kenyatta, Uhuru, pourtant alors inculpé par la Cour pénale internationale (CPI) pour son rôle présumé dans les violences post-électorales de 2007-2008.