0 2 minutes 2 semaines

AP- Pour ce type de jardin, l’espace n’est pas une limitation puisqu’on peut utiliser même son balcon.

La nécessité d’avoir des légumes frais, facilement disponibles et exempts d’impuretés chimiques a poussé les habitants des zones urbaines du Kenya à innover.

Dominic Orina s’est fait un nom grâce au succès de ses légumes qu’il fait pousser dans des sacs et des seaux en plastique depuis le début de la pandémie de Covid-19.

‘’ Il y a beaucoup d’avantages. Par exemple, vous obtiendrez vos propres légumes frais plutôt que d’aller au marché et de constater qu’il y a des légumes qui sont restés là pendant même plus d’une semaine.’’, souligne-t-il.

Pour ce type de maraîchage, l’espace n’est plus un obstacle. Les espaces disponibles sur le balcon suffisent.

Le centre communautaire Sheepcare a pu nourrir certains enfants du quartier informel de Kayole, dans la banlieue de Nairobi, avec les légumes qu’il récolte dans leur jardin pyramidal.

‘’ Nous essayons également d’éduquer la plupart de nos parents, chaque fois qu’ils viennent, nous les amenons ici et nous leur disons “C’est comme ça que nous pouvons vivre”, explique le Pasteur Ahimas Raywer, cofondateur du centre communautaire Sheepcare.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *