0 8 minutes 2 mois

AP- Les autorités locales à Rabat ont empêché, mercredi, une manifestation contre la visite du ministre israélien de la Défense au Maroc. Pour Khalid Sefiani, coordinateur général de la Conférence nationale islamique et membre du Groupe d’action nationale pour la Palestine, «recevoir les sionistes sur la terre du Maroc est interdit religieusement, moralement et nationalement». Il va même jusqu’à accuser Israël de «cherche à créer un conflit entre le Maroc et l’Algérie».

Quel est votre commentaire sur la visite effectuée par le ministre israélien de la Défense au Maroc ?

C’est une honte pour le Maroc de recevoir l’un des principaux terroristes sionistes, et c’est une honte pour le Maroc d’envisager de conclure des accords sécuritaires, militaires ou autres avec l’entité sioniste. Et il ne s’agit pas seulement d’une position de principe et cela n’est pas seulement lié à notre responsabilité dans la question palestinienne, mais cela va bien au-delà car notre identité, notre dignité et le soutien de nombreux pays et organisations populaires pour notre cause nationale sont ciblés.

Il est de plus honteux de lier la question nationale à la normalisation avec les sionistes et à l’accueil de leurs terroristes les plus connus. Nous doutons ainsi de la capacité du peuple marocain à maintenir son intégrité territoriale, sapant la foi et le consensus du peuple marocain sur cette question, comme si nous ne pouvions préserver notre intégrité territoriale qu’avec le soutien d’une entité terroriste criminelle et raciste qui tue nos fils et filles en Palestine. La plus grande preuve en est la plainte que nous avons déposée contre le terroriste Ben-Shabat, le terroriste Netanyahu et le chef terroriste des forces militaires sionistes après leur assassinat de mineures marocaines (…) à Gaza.

Maroc : Une plainte contre Meir Ben-Shabbat pour le meurtre de Marocaines à Gaza

Comment pouvons-nous accepter un tel criminel terroriste ici au Maroc, et comment peut-il mettre le pied dans le Mausolée Mohammed V, et offenser ce sanctuaire. Comment pouvons-nous conclure des accords sécuritaires ou militaires ou quoi que ce soit avec cette entité usurpatrice, et dire que nous n’avons pas abandonné la cause palestinienne et que nous nous accrochons aux droits du peuple palestinien ? La chose la plus importante qui puisse frapper le peuple palestinien au plus profond est un tel comportement…

Ce qui se passe actuellement est moralement, religieusement, nationalement et humainement haram.

Comment voyez-vous l’interdiction et la répression de la marche d’hier, organisée à Rabat ?

La répression de la marche d’hier nous ramène aux années 60. Nous n’avons donc plus le droit de nous lever et de dénoncer la normalisation. Les responsables doivent être conscients que le scandale est l’importance des forces de l’ordre mobilisées pour assiéger et réprimer les citoyens et les militants. Si on envoyait ces hommes en arme à Gaza, ou Al Qods, la Palestine serait libre.

La marche contre la visite du ministre israélien de la Défense, interdite à Rabat. / DR

Maroc : Les forces de sécurité dispersent un sit-in contre la visite de Benny Gantz

Que pensez-vous de l’avenir des relations maroco-israéliennes ?

Je suis certain que la normalisation tombera, tout comme le bureau de liaison est tombé et les relations ont été rompues (dans les années 2000, ndlr). Je vous dis cela alors que je suis certain que toute la Palestine sera libérée.

Lorsque les sionistes ont voulu conclure un accord de normalisation avec le gouvernement marocain, ils ont gardé à l’esprit leur échec à imposer la normalisation populaire, dans les modèles précédents. La normalisation des relations avait eu lieu avec l’Égypte, mais nous n’avons pas du tout vu une normalisation populaire au fil des décennies. Un accord a été conclu aussi avec la Jordanie mais le peuple jordanien n’en a pas voulu.

Les sionistes ont présenté ces expériences et ont décidé que leur prochaine normalisation doit être populaire, afin qu’ils ne tombent pas dans le piège de ce qui leur est arrivé dans le passé. Ainsi, nous avons constaté des tentatives de pénétration dans plusieurs domaines pénétré : l’éducation et la formation, le sport, le tourisme et l’économie. Mais le pire est que les sionistes tentent par tous les moyens de déclencher un conflit entre le Maroc et l’Algérie, et nous connaissons tous le prix d’un tel conflit.

Nous savons que ce conflit n’augure rien de bons, ni au Maroc ni en Algérie, et il ne peut y avoir de vaincu et de vainqueur. Qu’on le veuille ou pas, qu’on l’aime ou pas, nous sommes un peuple dans deux pays et nous savons que le peuple algérien ne soutient pas la thèse du séparatisme. Il faut accélérer le dialogue avec les différentes composantes du peuple algérien afin d’empêcher de tels conflits.

Le Maroc et Israël signent un accord militaire, le premier entre Tel Aviv et un pays arabe

Les sionistes font tout ce qu’ils peuvent, se présentant comme ceux qui nous libéreront. Notre libération dépend donc du terrorisme, du racisme et de la criminalité, alors qu’ils sont eux-mêmes incapables de vaincre à Gaza et le sud Liban… Comment quelqu’un incapable de se protéger là-bas peut-il nous protéger ici ? Je ne sais pas si nos décideurs savent cela ou pas.

Qu’en est-il de vos prochaines actions, après la répression de la marche d’hier ?

Notre voix restera entendue en interne comme en externe. Pour chaque incident, nous sommes déterminés. Si les normalisateurs sont déterminés à liquider et assassiner la cause palestinienne, nous sommes déterminés aussi à nous engager dans la bataille pour libérer Palestine, Al-Qods et Al-Aqsa.

Le discours royal indiquait que nous considérons la Palestine et le Sahara comme deux causes nationales au même niveau. Nous défendons donc la Palestine pour nous défendre des objectifs du projet sioniste, et parce que nous croyons que la Palestine et le Sahara sont des enjeux nationaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.