0 2 minutes 4 mois

Le Kenya et l’Union européenne ont signé lundi un accord commercial lors d’une cérémonie à Nairobi, le premier de grande envergure depuis 2016 avec un pays d’Afrique où Bruxelles cherche à tisser des liens économiques plus étroits et contrer l’appétit chinois.

« Aujourd’hui est un moment de très grande fierté pour le Kenya, et je crois pour l’Union européenne », a déclaré le ministre kényan du Commerce, Moses Koria, après la signature de l’accord de partenariat économique (APE) avec le commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis.

La cérémonie était présidée par le président kényan William Ruto. Une fois entré en vigueur, cet APE donnera au Kenya un accès libre de droits à l’UE, son plus grand marché où il envoie environ un cinquième de ses exportations.

Il s’agit principalement de produits agricoles comme le thé et le café et de 70% de ses fleurs. Cet accord « assure un marché prévisible » pour les agriculteurs kényans, s’est félicité  Ruto.

Le Kenya ouvrira de son côté progressivement son marché, avec des réductions de taxe graduelles sur 25 ans, notamment pour les produits de l’industrie chimique ou des machines-outils. En revanche, une série de produits sensibles en seront exclus.