0 3 minutes 3 semaines

AP- Au Burundi une nouvelle forme d’art s’étend auprès des jeunes artistes, le slam.

À l’occasion de la deuxième édition du festival Vuga à Bujumbura la capitale, les artistes et les fans de cette nouvelle façon très poétique de véhiculer un message, n’ont pas manqué à l’appel. Le festival mobile tend à transmettre un message de paix et d’harmonie sociale tout en promouvant promouvoir l’art oratoire.

La caravane du festival s’est d’abord déportée dans la localité de Kanyosha, au sud de Bujumbura. Avant de prendre la direction du centre-ville ou la foule s’est rassemblée pour assister au show. Sur la scène, même si les slameurs sont majoritaires, on peut aussi croiser quelques rappeurs et quelques musiciens.

‘’Le slam contribue à faire véhiculer les cultures africaines en particulier la culture burundaise. Je ne vois pas autre chose qui peut me séparer du slam. Je compte slamer jusqu’à ce que je n’aie plus de souffre.’’

Tenu sous le thème ‘’ Art au service du peuple’’, le Festival VUGA a offert une opportunité de divertissement aux citadins de la capitale qui n’ont malheureusement pas assez de moyens quand il est question de lieu fermer. Une occasion de découvrir aussi le slam, cet art qui gagne de plus en plus les jeunes burundais.

‘’On veut souvent que le public vienne vers nous. On les impose. On va dans les quartiers pour justement approcher le public, pour leur parler ouvertement. Parce qu’il y a des personnes qui ne peuvent pas se déplacer. On décide d’aller vers eux pour faire entendre notre voix.’’ précise Elodie Diane Ishimwe, vice-coordonnatrice de l’association de Jewe slam.

Video Player is loading.
L’Afrique du Sud commémore les 45 ans du soulèvement de Soweto

  • L'Afrique du Sud commémore les 45 ans du soulèvement de SowetoLogo de Euronews
  • Le "mur du patrimoine" : l'histoire du Bénin en graffitisLogo de Euronews
  • Un cascadeur centrafricain est la doublure d'Omar SyLogo de Euronews

Selon les spectateurs le festival est un succès. Ils rentrent satisfaits et amoureux de l’art oratoire porteur de la culture africaine.

‘’Moi j’apprécie ,j’adore aussi cette initiative que le collective a pu faire.Le RAP des jeunes, il y a la musique,moi j’apprécie beaucoup ça éveille les jeunes burundais ,les jeunes africains de faire évoluer les talents qui sont cachés en eux.’’

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *