0 3 minutes 1 mois

AP-L’euro est lesté par la guerre en Ukraine, qui pèse sur les perspectives de croissance en Europe, et une certaine divergence de politique monétaire entre les Etats-Unis et la zone euro. Un regain d’aversion au risque pourrait, de plus, profiter au dollar, après l’accalmie récente sur les marchés.

L’euro reste à la peine face au dollar. Si ce dernier a pâti dernièrement du nouveau recul de l’indice Michigan de confiance des ménages américains à un plus bas depuis plus de 10 ans, la monnaie unique reste globalement sous pression, alors que les perspectives de croissance ont été revues à la baisse par la Commission européenne. L’assombrissement des perspectives économiques européennes et le contexte de volatilité général sur les marchés actions internationaux inhibent pour l’heure les tentatives de rebond de l’euro face au dollar, relève Western Union.

L’UE a doublé pour 2022 sa prévision d’inflation en zone euro pour 2022, à 6,1%, pour une prévision de croissance économique ramenée de 4% à 2,7%. En 2023, le rebond de la croissance devrait être également plus modeste, celui-ci étant attendu à 2,3% contre 2,8% estimé en février. Les répercussions énergétiques, économiques et sociales de la guerre en Ukraine “sont un défi majeur à gérer pour la zone euro”, tout comme la question de l’inflation record, qui met à rude épreuve le pouvoir d’achat et la consommation, un des principaux moteurs de croissance de la région, selon Western Union.

La guerre en Ukraine s’enlise

Le dossier de la guerre en Ukraine reste d’actualité. Le conflit traîne en longueur et il a de nombreuses implications économiques et géopolitiques dans le Vieux Continent. Le président russe a d’ailleurs fait savoir que la décision de la Finlande de rejoindre l’Otan était une « erreur » et qu’elle aurait des « conséquences négatives ». “Il est certain que l’expansion des forces alliées à l’Ouest n’est pas vue d’un bon œil par la Russie et pourrait de ce fait l’inciter à accentuer les pressions sur l’Ukraine pour remporter une guerre dans laquelle Moscou est enlisé depuis près de trois mois”, relève Western Union.