0 3 minutes 2 semaines

AP- Grâce aux efforts déployés par Mario Draghi, le prédécesseur de Giorgia Meloni, l’Italie a déjà réduit ses importations de gaz russe à 25 % en 2022 contre 40 % l’année précédente. Selon le nouvel accord, signé entre les sociétés ENI et Sonatrach, la péninsule devrait s’affranchir totalement du gaz russe d’ici les trois prochaines années, rapporte notre correspondante à Rome, Anne Le Nir.

Cet accord prévoit l’importation de 3 milliards de mètres cubes de gaz supplémentaires, par an, entre 2023 et 2025, à travers le gazoduc Transmed. Celui-ci relie l’Algérie à l’Italie, via la Tunisie, depuis 1983.

Lors de sa visite officielle de deux jours à Alger, où elle a rencontré le président Abdelmadjid Tebboune, la cheffe du gouvernement italien, Giorgia Meloni, était accompagnée, entre autres, du PDG de l’ENI, Claudio Descalzi. Objectif numéro un : renforcer les liens avec l’Algérie pour que l’Italie, qui dépend à 95 % des importations pour ses besoins en gaz, s’affranchisse de l’hydrocarbure russe. De fait, l’Algérie est devenue son premier fournisseur en gaz.

Le groupe ENI et son homologue algérien ont aussi signé deux mémorandums d’entente. L’un pour réduire les émissions de gaz à effet de serre en Algérie. L’autre pour la réalisation d’un nouveau gazoduc permettant de transporter du gaz et de l’hydrogène.

Ce projet de gazoduc permettra d’exporter le gaz naturel, l’électricité, l’ammoniac et l’hydrogène et sera réalisé en peu de temps, a déclaré le président Abdelmadjid Tebboune, après avoir reçu Giorgia Meloni au Palais d’El Mouradia, rapporte notre correspondant à Alger, Fayçal Mettaoui.

L’Italie pourrait ainsi devenir une plaque tournante de l’énergie en Europe.

À Alger, Claudio Descalzi, directeur général du groupe ENI, a annoncé que l’Algérie fournira à l’Italie 28 milliards de mètres cubes de gaz d’ici 2024, 4 milliards de plus qu’actuellement. Georgia Meloni a estimé que dans le contexte actuel de crise énergétique en l’Europe, l’Algérie peut « devenir un leader aux niveaux africain et mondial » dans le domaine de l’énergie.

Selon elle, plusieurs entreprises italiennes souhaitent établir des projets en Algérie, après l’entrée en vigueur d’une nouvelle loi sur l’investissement. Sur le plan commercial, les échanges entre l’Algérie et l’Italie ont doublé, entre 2021 et 2022, passant à 16 milliards de dollars. L’Italie est actuellement le premier client de l’Algérie devant la France en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *