0 3 minutes 3 mois

AP- « L’Ukraine n’a certainement rien à voir avec l’explosion parce que nous ne sommes pas un État criminel », a déclaré un conseiller de la présidence ukrainienne, Mikhaïlo Podoliak.  Après les accusations de Moscou, qui estime que les renseignements ukrainiens sont les auteurs de l’attaque qui a tué Daria Douguina, la fille d’un idéologue ultranationaliste réputé proche du Kremlin, Kiev dément.

Daria Douguina est morte ce week-end dans l’explosion de sa voiture, près de Moscou, alors que son père Alexandre Douguine devait emprunter le véhicule.

Pour les services de renseignement de Moscou, il n’y a aucun doute : « le meurtre » de Daria Douguina, a été « préparé et commis par les services spéciaux ukrainiens ». Le FSB détaille : la voiture aurait été piégée par une femme de nationalité ukrainienne qui se serait infiltrée auprès de Mme Douguina et se serait enfuie en Estonie après l’attentat.

« L’Ukraine n’a pas de raison de faire ça »

C’est absurde, estime Oleksiy Goncharenko, membre de l’assemblée parlementaire du conseil de l’Europe. Pour ce député ukrainien, les pistes à suivre se trouvent en Russie. « L’Ukraine n’a pas de raison de faire ça. C’est bien sûr possible que cela vienne des divisions internes en Russie. En Russie, il n’y a pas de démocratie. C’est pourquoi c’est possible que cet assassinat soit un signe, un symbole des divisions internes en Russie. »L’autre hypothèse évoquée par Oleksyi Goncharenko est celle d’une manipulation ou d’une provocation venue directement du cercle du président Poutine pour justifier une répression accrue. Mais en accusant Kiev de la mort violente Daria Douguina, le FSB reconnait implicitement que l’invasion de l’Ukraine a bel et bien des répercussions en Russie et un impact négatif direct sur la population, contrairement à ce qu’affirme le discours officiel.