Manifestations au Sénégal: les 18 premiers mineurs jugés tous libérés

Estimated read time 3 min read

(Rfi.fr)- Les premières comparutions de personnes arrêtées lors des manifestations de la semaine dernière ont débuté vendredi. Au moins 500 personnes avaient été interpelées lors de ces manifestations qui avaient éclaté après la condamnation d’Ousmane Sonko, et qui avaient dégénéré en affrontements avec les forces de l’ordre. Vendredi, au Palais de justice de Dakar, les premières comparutions ont donc eu lieu. Dix-huit jeunes, âgés de 15 à 17 ans, ont défilé devant le Tribunal des mineurs.

Ils devaient être 38, puis 25, finalement, 18 mineurs ont effectivement comparu ce vendredi. Et un seul a été reconnu coupable, coupable de participation à une manifestation non autorisée. Mais il n’a écopé d’aucune peine et il a pu repartir chez lui.

Les autres mineurs, âgés de 15 à 17 ans, ont tous été innocentés. Aucune condamnation pour trouble à l’ordre public, ni pour atteinte à la sécurité de l’État n’a donc été prononcée.

« Nous sommes satisfaits, explique Maître Abdy Nar Ndiaye, l’un des avocats qui assurait la défense de ces mineurs, d’autant que nous savions qu’il n’y avait aucune infraction. Le juge a posé un certain nombre de questions mais il s’est rendu compte qu’ils ont été arrêtés à tort. »

Ces mineurs, accompagnés de leurs parents ou de leurs responsables légaux, ont défilé toute la journée dans la salle 2 du Palais de justice de Dakar, par petits groupes de deux, quatre, six, en fonction du lieu et du moment de leur arrestation. Et tous sont donc ressortis libres vendredi soir.

Pour eux, bien sûr, et pour leurs familles, c’est un immense soulagement. Parce qu’ils ne dormiront pas en prison, et parce que la Justice a reconnu qu’ils n’avaient rien fait de mal. Ce père ressort tout sourire du Tribunal, aux côtés de son fils qui vient d’être relaxé. Si la Justice a bel et bien reconnu l’innocence de son garçon, un réflexe de prudence et de crainte le pousse néanmoins à requérir l’anonymat. « Dieu merci, on les a récupérés. Il a été libéré. Nous sommes contents, nous sommes contents de récupérer nos enfants. Il n’a rien fait de mal. »

D’autres mineurs doivent être jugés la semaine prochaine, toujours dans des procédures rapides de flagrant délit.

Quant aux adultes – la police a confirmé au moins 500 personnes arrêtées lors des manifestations – ils feront l’objet d’une information judiciaire et non d’une procédure rapide de flagrant délit, comme c’était le cas des mineurs jugés ce vendredi. Ce qui signifie qu’ils attendront plusieurs mois leur procès. Certains chez eux, sous contrôle judiciaire. Les autres en prison.

You May Also Like

More From Author