0 2 minutes 4 semaines

AP- «La menace principale aujourd’hui est celle que nous appelons endogène, de l’intérieur», a expliqué le ministre. Sur les huit attentats commis et déjoués, un seul auteur était fiché S, les autres n’étant pas connus des services de renseignement. Mais surtout, tous étaient des «individus autoradicalisés», a précisé Gérald Darmanin, «sans lien avec une organisation terroriste extérieure, et qui passe à l’acte avec des armes non sophistiquées, des couteaux par exemple», et donc très complexes à repérer.

Menace extérieure

D’autre part, Gérald Darmanin a aussi alerté sur une menace extérieure bien réelle. «Nous avons de plus en plus de signalements» en matière de risque extérieur, a-t-il indiqué. «Nous considérons qu’il y a des faits concordants qui poussent à penser que cette menace peut revenir sur le territoire français comme nous l’avons connue pour le Bataclan», a-t-il notamment déclaré.

Avec 15 attentats ou projets en 2021 contre 57 en 2020 et 55 en 2019 en Europe, les attaques terroristes toutes idéologies confondues sont globalement en baisse. En revanche, la menace reste très présente, surtout du côté de l’islamisme, comme l’indiquait en août le rapport d’Europol, l’agence européenne de police criminelle.