0 3 minutes 1 mois
AP- Après deux années de bons et loyaux services, Y. Bâ s’est retrouvé au gnouf. Impliqué dans une affaire de vol de riz avarié, le chef de manœuvres a été traduit devant le tribunal d’Instance de Dakar, vendredi dernier. Âgé de 35 ans, rapporte Rewmi Quotidien, le prévenu, qui n’est pas conscient de la gravité des faits, a tenté de faire porter le chapeau au préposé à la sécurité des lieux.
 
« C’est le vigile qui m’a autorisé à prendre les 13 sacs. D. Willane devait les transporter à Colobane en contrepartie de la somme de 7.000 francs. Il a été appréhendé en cours de route par un gendarme », a-t-il expliqué. Il ajoute que le riz était destiné à l’alimentation de ses moutons. « Il est pourri. Je ne suis pas un voleur », se dédouane-t-il.
 
Visé pour complicité, D. Willane, chauffeur de taxi-clando, allègue qu’il ignorait l’origine frauduleuse du butin. « Mon coprévenu m’avait dit que les sacs contenaient de l’aliment de bétail. À ma grande surprise, il me contacte pour me dire que je suis poursuivi par un pandore. Arrivé au niveau du rond-point Scoa, ce dernier qui était à bord de sa moto, m’interpelle », regrette-t-il. 
 
De l’avis de l’avocate de la société, les dénégations de Y. Bâ ne sauraient prospérer. « Il a pris un bien qui ne lui appartenait pas. Le vigile croyait qu’il faisait partie des cadres de la société. Le gendarme a vu D. Willane au moment où il sortait de la plateforme. Ils se sont livrés à une course-poursuite », dénonce la représentante du Ministère public.
 
Ainsi, elle a requis un an d’emprisonnement ferme contre Y. Bâ. Concernant son acolyte présumé, elle a demandé la disqualification des faits de complicité en recel avant de solliciter six mois de prison à son encontre.
 
La défense a plaidé la relaxe pour D. Willane et une application bienveillante de la loi pour Y. Bâ. « On ne peut pas dire qu’il n’est pas coupable de vol. Il s’est amendé. Il ne va jamais répété son acte », a promis la robe noire.
Au terme de sa plaidoirie, le juge a fixé son délibéré au 15 septembre prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *