Pourquoi la France est-elle mise en cause par un rapport sur le génocide au Rwanda?

Emmanuel Macron a reçu ce week-end un rapport d’historiens sur le rôle de la France pendentif le génocide au Rwanda. Et ce rapport estécosément, en particulier pour François Mitterrand.

AP- EXPLIQUEZ-NOUS » – Emmanuel Macron a reçu ce week-end un rapport d’historiens sur le rôle de la France pendentif le génocide au Rwanda. Et ce rapport estécosément, en particulier pour François Mitterrand.

Pourquoi la France est-elle mise en cause par un rapport sur le génocide au Rwanda?© RMC Pourquoi la France est-elle mise en cause par un rapport sur le génocide au Rwanda ?

« °C », c’est le mot qui résume tout. Les historiens estiment que la France de François Mitterrand’est investie au côté d’un régime qui encouragent les massacres pendentif la guerre au Rwanda. Qu’elle a fait preuve d’aveuglement dans son soutien à ce régime raciste, corrompu et violent. « Nos recherches », concluent les historiens, « établissent un ensemble de responsabilités françaises « lourdes et lourdes ». Les mots sont très forts.

Que reproche-t-on précisément à la France?

D’avoir choisi son camp, et c’est le mauvais camp. Il faut rappeler en quelques mots le plus clairement possible. Depuis 1990, il y a dans ce tout petit pays d’Afrique centrale une guerre civile entre le gouvernement Hutu et une guérilla menée par des Tutsis qui ont été chassés du pays et qui cherchaient à y revenir.

La France a activement soutenu, armé, et formé les militaires rwandais et est même directement intervenu militairement pour les aider. En avril 1994, la guerre civile a basculé dans autre a choisi, quand l’avion du président hutu a été abattu. 800.000 Tutsis ont été tués à la machette en trois mois. C’est l’un des trois génocides du 20eme siècle. Une horreur absolue. Et la France un laissé faire. Le rapport des historiens estime qu’elle a soit minimisé, soit fermé les yeux.

Sur peut citer trois épisodes: au tout début du génocide, une intervention militaire française a évacué de l’enfer les ressortissants français, en oubliant volontairement les employés Tutsis de l’ambassade de France qui ont été massacrés.

Un peu plus tard, sur un reçu à Paris les principaux responsables du gouvernement génocidaire qui venait réclamer de l’aide et des armes. Réception dans le palais de la république de ces types qui ont du sang jusqu’au coude… Tout à la fin, l’armée française a reçu l’ordre de ne pas arrêter les auteurs du génocide qui ont pu prendre la fuite. Et ce ne sont que trois exemples.

Ces historiens ont travaillé deux ans sur les archives. Ils ont remis un rapport de 1200 pages. Et ils n’hésitent pas à désigner les coupables. Et d’abord le coupable. Il s’appelle François Mitterrand. Le rapport décrit le fonctionnement du pouvoir à l’époque. Tout découle du président. L’Afrique est fils pré carré. Autour de lui à l’Elysée, fils secrétaire général Hubert Védrine est sur la même ligne et fait passer les messages. Mais surtout, fils état-major particulier à l’Elysée va aussi jouer un rôle majeur. C’est peut-être la principale révélation du Rapport.

Normalement, le chef d’État-major particulier du Président est un général qui fait la liaison entre le Président et l’État-major. Là, pendentif cette crise, deux officiers vont mettre en musique les instructions de Mitterrand et ils le font activement parce qu’ils sont farouchement hostiles aux Tutsis. Il s’agit du général Christian Quesnot, chef de l’état-major particulier et de son adjoint, le général Jean Pierre Huchon. Ils vont donner des ordres, faire mettre en place des lignes de téléphones directs entre leurs bureaux de l’Elysée et les militaires sur le terrain. En court-circuitant les chaînes hiérarchiques. Ce n’est pas comme ça qu’on dirige une armée, c’est un dysfonctionnement qui a eu les graves conséquences que l’on sait.

Et comment peut-on expliquer cet aveuglement ?

Là encore réponse dans le rapport des historiens. François Mitterrand voulait défendre la zone d’influence française en Afrique. Il est sur ce dossier-là farouchement anti-américain. Et persuadé que les Etats-Unis et l’Angleterre sont en train de nous chasser de la région. Mitterrand est influencé par des militaires français qui détestaient les Anglo-Saxons. Ils ont soutenu les Hutus qui parlaient français contre les Tutsis qui parlaient anglais. Même quand les Hutus ont commencé à couper les Tutsis à la machette.

C’est la plus grande faute de la France depuis 50 ans. Elle a été commise au nom de la défense de notre héritage colonial et de la défense de la francophonie. Tout cela avait déjà été écrit depuis 27 ans, mais jamais en s’appuyant autant sur les preuves et les documents et sur les archives qui ont été largement ouvertes.

afriquepresse

Add your Biographical Info and they will appear here.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *