0 7 minutes 2 mois

AP- « Nous tenons en tout premier lieu à renouveler nos remerciements à tous les acteurs du secteur sanitaire, public, privé et militaire, ainsi qu’aux forces de sécurité et aux pouvoirs publics pour leur sens élevé des responsabilités et leur dévouement dans la lutte menée contre la pandémie de Covid-19 », a commencé par dire le roi Mohammed VI, se montrant solidaire et concerné au premier chef par ce que les Marocains vivent ou ont pu vivre comme conséquences sanitaires et économiques, entre autres, de ce fléau qui a paralysé tous les pays du monde. « Pour tous, la période est difficile. Et elle l’est également pour moi personnellement, à l’égal de tout citoyen. Elle l’est pour ma famille. Et soyez assurés que je connais la détresse des Marocains et que j’en souffre comme eux, partageant totalement leur ressenti en pareilles circonstances », a-t-il poursuivi. Et de rappeler la création du Fonds spécial pour amortir le choc tant au niveau des ménages que des entreprises, pour protéger le pouvoir d’achat des premiers, mais aussi préserver les emplois dans les secondes. Le souverain chérifien a également parlé du Fonds Mohammed VI pour l’Investissement dont l’objectif, a-t-il précisé, « est de faire redémarrer les activités productives, accompagner et financer les différents projets d’investissement ».

Souveraineté sanitaire

Sur le front du Covid-19, le Maroc avait enregistré au 30 juillet quelque 9 732 décès pour 615 999 cas recensés dans le pays depuis le début de la pandémie. Commentant la situation du royaume, le roi Mohammed VI a marqué sa satisfaction de voir le Maroc « relever un défi de taille en remportant la bataille pour l’accès aux vaccins ». « La campagne nationale de vaccination, à laquelle les citoyens répondent massivement, se déroule de manière efficace et remarquable », a-t-il indiqué, marquant la volonté du Maroc d’avoir une meilleure maîtrise de son destin médical. « Convaincu que la souveraineté sanitaire est une composante essentielle de la sécurité stratégique du pays, nous avons lancé un projet d’avant-garde pour la fabrication de vaccins, de médicaments et de matériel médical, indispensables pour le Maroc », a-t-il insisté.

Souveraineté économique

Alors que le Maroc très affecté, notamment sur son pôle tourisme, se prend à être encouragé par la bonne campagne agricole qu’il va enregistrer, le souverain chérifien a mis en exergue les travaux de la Commission spéciale sur le modèle de développement. « Les propositions de la Commission ouvrent la voie à une nouvelle étape dans le processus d’accélération du décollage économique et de consolidation du projet de société que nous voulons pour notre pays », a-t-il expliqué, louant le fait que le travail accompli l’a été dans « un processus national auquel se sont associées les forces vives du pays : partis politiques, instances économiques, syndicales et sociales, structures de la société civile, et citoyens ». Et d’insister sur « la responsabilité nationale nécessitant la mobilisation des potentialités de la Nation et l’implication de toutes ses compétences, notamment celles qui, au cours des prochaines années, seront appelées à exercer des responsabilités gouvernementales et des mandats publics ». « Notre souhait est que le Pacte national pour le développement constitue le cadre de référence pour définir les principes et les priorités du pays en matière de développement, et qu’il forme le socle d’un pacte économique et social, propre à impulser une nouvelle révolution du roi et du peuple », a-t-il dit pour clôturer le chapitre économique d’un discours illustrant la volonté pour le Maroc de mieux gérer les incertitudes à venir en tirant des leçons de ses insuffisances et erreurs actuelles et en posant les bases d’une nouvelle approche de ses potentialités, atouts, compétences en vue de construire un cadre plus créateur de valeurs que par le passé.

Appel à une meilleure entente avec l’Algérie

Si les questions de souveraineté sanitaire et économique étaient attendues, les développements sur l’Algérie, sans être inattendus, marquent l’importance que le roi Mohammed VI accorde à des relations plus apaisées avec le grand voisin de son royaume. « En parallèle avec les initiatives de développement menées au niveau interne, et avec une égale détermination, le Maroc s’attache à poursuivre ses efforts sincères pour consolider la sécurité et la stabilité dans son environnement africain et euro-méditerranéen, et plus particulièrement dans son voisinage maghrébin », a-t-il dit, poursuivant : « Dans le droit fil de cette approche, nous renouvelons notre invitation sincère à nos frères en Algérie, pour ?uvrer de concert et sans conditions à l’établissement de relations bilatérales fondées sur la confiance, le dialogue et le bon voisinage. » Et de déplorer les « tensions » entre les deux pays en réitérant son « appel à rouvrir les frontières terrestres » avec son voisin. « Vous n’aurez jamais à craindre de la malveillance de la part du Maroc [?] La sécurité et la stabilité de l’Algérie, et la quiétude de son peuple sont organiquement liées à la sécurité et à la stabilité du Maroc », a assuré Mohammed VI en s’adressant aux Algériens. S’adressant directement au président Abdelmajid Tebboune, il a invité celui-ci « à sa plus proche convenance? à ?uvrer à l’unisson au développement des rapports fraternels tissés par [les] deux peuples durant des années de lutte commune », une manière de rappeler les liens étroits entre mouvement en faveur de l’émancipation nationale du Maroc sous le statut de protectorat et de l’Algérie alors colonie de peuplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *