0 2 minutes 4 mois

AP-La Russie s’apprête à lancer la prochaine étape de son offensive en Ukraine : c’est ce que déclare un responsable militaire ukrainien après la visite auprès des soldats russes du ministre de la Défense Sergeï Choigou. Les prochains objectifs de Moscou sont connus : s’emparer de Sloviansk et de Kramatorsk les deux principales villes du Donbass encore sous contrôle ukrainien. Pour faire face à cette nouvelle offensive, les forces armées d’Ukraine disposent d’un nouvel atout : les lance-roquettes Himars fournis par les États-Unis, un système d’artillerie redoutable pour ses caractéristiques.

Depuis la mi-juin, l’Ukraine a détruit grâce au système d’artillerie de précision Himars plus de 20 importants dépôts de munitions russes et postes de commandement précédemment trop loin de la ligne de front pour être atteints par les projectiles traditionnels. « Les occupants ont déjà bien pu éprouver ce qu’est l’artillerie moderne. Ils n’auront aucune base arrière sûre sur nos terres », a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Ces nouvelles armes ne constituent pas non plus une solution miracle, préviennent les experts, qui soulignent qu’il faudra plus d’armes et de systèmes radar à utiliser conjointement pour battre les Russes.

Un gain de précision

Les Himars, pour « M142 High Mobility Artillery Rocket System » sont des lance-roquettes multiples montés sur des blindés légers, donc mobiles, tirant des munitions guidées par GPS avec une portée d’environ 80 kilomètres. Contrairement à l’artillerie utilisée jusqu’ici des deux côtés dans cette guerre, ils peuvent atteindre une cible précise, donc être utilisés avec parcimonie et fiabilité.