Une ONG demande un corridor humanitaire pour le Burkina Faso

Estimated read time 2 min read

Le Burkina Faso, miné par desviolences djihadistes depuis 2015, vit « la crise la plus négligée au monde » selon un classement annuel publié ce jeudi par le Conseil norvégien pour les réfugiés.

Selon l’ONG, plus de 14.000 personnes ont été tuées ces cinq dernières années au Burkina, dont la moitié depuis janvier 2022, et le pays compte plus de deux millions de déplacés internes.

L’Ukraine plus aidée que certains pays

« On essaie d’attirer l’attention sur l’aggravation des besoins humanitaires. En termes d’accès à l’éducation, le nombre d’écoles fermées au Burkina Faso, a doublé depuis l’année dernière impactant plus d’un million d’enfants. En termes d’accès à l’eau, près d’un million de personnes ont vu leur accès à l’eau potable coupé depuis l’année dernière. Les besoins continuent de grimper en flèche, et la réponse humanitaire n’arrive pas à faire face aux attentes. Dans les mois à venir, on aura plus de 40.000 personnes qui seront en situation d’insécurité alimentaire catastrophique. Il faut plus de financement. Il y a un vrai problème d’accès des organisations humanitaires sur le terrain. Des corridors humanitaires pourraient s’ouvrir pour les organisations humanitaires », explique Jessica Wanless responsable Plaidoyer au Conseil norvégien pour les réfugiés, jointe par la DW

La République démocratique du Congo est deuxième de ce classement, en raison des « multiples crises » dans l’est du pays notamment. La Colombie et ses « 60 ans de conflit armé » est troisième devant le Soudan et le Venezuela.

Le Burundi, le Mali, le Cameroun, le Salvador et l’Ethiopie complètent ce top 10 qui compte sept pays africains.

L’ONG critique également une inégalité de traitement par la communauté internationale de certaines crises comparé au soutien apporté à l’Ukraine.

You May Also Like

More From Author