0 4 minutes 2 semaines

AP- Voilà de quoi alimenter encore un peu plus les suspicions. Six mois après l’assassinat du président haïtien Jovenel Moise dans sa résidence de Port au Prince, le 7 juillet 2021, le New York Times met en avant de nouveaux éléments mettant en cause l’actuel Premier ministre du pays, Ariel Henry.

Selon les informations du New York Times, Joseph Felix Badio, un ancien fonctionnaire du ministère haïtien de la Justice soupçonné d’avoir organisé l’attaque qui a tué le président Moïse, s’est entretenu avec Ariel Henry avant et après l’assassinat. Il s’est aussi rendu à deux reprises à la résidence du premier ministre, de nuit, sans être inquiété, « alors qu’il était pourtant recherché par la police haïtienne » révèle le journal. Le New York Times qui s’est aussi entretenu avec Rodolphe Jaar, ancien trafiquant de drogue haïtien, devenu homme d’affaires, qui a été arrêté vendredi dernier en République Dominicaine grâce à des informations du FBI. Il met en cause un autre haut responsable du gouvernement intérimaire actuel : le chef de la police, Frantz Elbé. Selon lui « Badio a appelé Frantz Elbé, qui à l’époque était un conseiller de la police, et lui a demandé de l’aider à se procurer des armes pour le coup d’État en préparation ». Des révélations très commentées en Haïti, notamment sur les réseaux sociaux comme nous l’explique Goston Pierre, rédacteur en chef du site Alterpresse.

Guantanamo, 20 ans après

Guantanamo, et ses prisonniers en combinaison orange, enchainés. Une prison symbole des dérives antidémocratiques de la guerre contre le terrorisme lancée par GW Bush après les attentats du 11 septembre 2001. Ce centre de détention militaire ouvert il y a 20 ans tout juste,  le 11 janvier 2002, sur la base navale cubaine est toujours en activité malgré les promesses de fermeture de Barack Obama et Joe Biden. Depuis 2002, ce sont près de 780 hommes, musulmans, soupçonnés de liens avec Al Qaida, capturés en Afghanistan, au Pakistan, en Irak qui sont passés par Guantanamo. Ils sont encore 39 détenus sur place, dont les 5 accusés des attentats de 2001 qui n’ont jamais été jugés. C’est un dossier de Véronique Gaymard.

Joe Biden à l’offensive sur le dossier du droit de vote des minorités

Il se dit prêt a un passage en force au Sénat si nécessaire. Joe Biden entend bien mener à terme sa promesse de défendre l’accès au vote des minorités, notamment des Afro-américains. Le président des Etats Unis et sa Vice-présidente se déplacent ce mardi11 janvier 2022 en Géorgie, état du sud emblématique de la lutte passée pour les droits civiques. La Géorgie devenue aujourd’hui symbole du déchirement entre démocrates et républicains sur les conditions d’accès au vote que nombre d’états conservateurs tentent de restreindre. En riposte, Joe Biden aimerait faire adopter deux textes au Congrès pour poser un cadre législatif fédéral. Mais les républicains font bloc contre ces textes, actuellement bloqués au Sénat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.