0 4 minutes 5 mois

A l’instar de nombreux autres mouvements et associations, le mouvement Kapieletchin de Générations et Peuples Solidaires (GPS) a organisé ce Mardi 8 Mars, une journée spéciale dédiée à la célébration de la gente féminine, à travers une conférence dont le thème était « Femme de Côte d’Ivoire : quelle contribution optimale pour le Pardon, la Réconciliation et le Retour de SEM GUILLAUME KIGBAFORI SORO ».

Invitée à édifier les femmes disciples idéologiques de Guillaume Soro sur la contribution de la femme Soroïste à la consolidation d’un climat social apaisé, Anne-Marie Bonifon, présidente de GPS-Côte d’Ivoire, a rappelé les trois axes qui doivent selon elle, définir les actions politiques de la femme Soroïste.

‘’Nous, femmes de GPS, devons être des modèles de paix et de pardon pour toutes les autres femmes de la Côte d’Ivoire. Car, comme des locomotives, nous avons le devoir impérieux de montrer la voie, le chemin aux autres femmes de la Côte d’Ivoire, sans tomber dans les provocations dans nos quartiers, nos communes, nos villages et nos villes. Nous, femmes GPS-CI, les populations de la Côte d’Ivoire nous regardent et nous écoutent. Ces populations scrutent chacun de nos gestes, et chaque mot de nos paroles’’, a-t-elle exhorté.

 En deuxième lieu, la première responsable de GPS en Côte d’Ivoire a expliqué les grandes lignes de la vision politique de l’ex chef du parlement Ivoirien que les femmes du mouvement doivent s’approprier. Une vision forgée sur les valeurs de tolérance, d’acceptation de la diversité, de la contradiction et de la réconciliation sans arrière-pensée.

‘’Nous, femmes de GPS, avons cette responsabilité historique de porter la réconciliation partout dans les familles, les villes, les villages et les communes de la Côte d’Ivoire. En partageant, vos expériences diverses, non pas seulement entre vous, mais entre vous et les autres femmes, des autres structures et associations, vous arriverez et ensemble, nous arriverons à faire la différence.

– Faire la différence, signifie, montrer que nous sommes capables de surmonter les barrières, linguistiques, et communautaires pour nous associer aux autres femmes qui ne sont pas de même partis politiques que nous.

– Faire la différence, c’est oublier, les rancœurs, les blessures, les injures d’hier, pour penser solidarité.

– Faire la différence, c’est ne pas faire comme les autres qui haïssent les autres, lorsqu’elles ne sont pas du même bord politique.

– Faire la différence, c’est humaniser nos rapports avec nos voisines dans nos quartiers en marchant et en parlant à tout le monde sans exception.

– Faire la différence, c’est chercher à élargir notre famille politique GPS.

– Faire la différence, c’est respecter les autres femmes autour de nous afin qu’elles croient à ce que nous faisons et qu’elles y adhèrent volontairement’’. Quant aux conditions du retour d’exil du leader de GPS pour lequel ‘’GPS ne négocie pas’’, elle martèle péremptoire : ‘’Je voudrais vous rassurer que notre leader Son Excellence, Monsieur SORO KIGBAFORI Guillaume, rentrera en Côte d’Ivoire. Et, sera le prochain Président de la république de Côte d’Ivoire’’.

Même après deux ans d’exil, les partisans de Guillaume Soro continuent à croire en ce destin présidentiel que porte leur leader. Le reste se dessinera en fonction du concret produit par les actions des militants sur le terrain.

Raoul Mobio