0 3 minutes 5 mois

Le gouvernement japonais a effectivement exclu ses atrocités de guerre du XXe siècle contre les Coréens dans une lettre de recommandation formelle pour son ancienne mine d’or et d’argent.

Tokyo a lancé une campagne pour que la mine de Sado soit inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO l’année prochaine malgré les vives protestations de Séoul. Pas moins de 2 000 Coréens ont été contraints à des travaux forcés à la mine pendant la Seconde Guerre mondiale, car leur pays était sous la domination coloniale brutale du Japon.

« (Le gouvernement japonais) a recommandé (la mine de Sado) comme ayant la valeur de sa technologie et de son système minier du XVIe siècle au milieu du XIXe siècle », a déclaré une source gouvernementale japonaise à l’agence de presse coréenne Yonhap.

Dans la lettre soumise à l’UNESCO le 1er février, a ajouté le responsable, le Japon a mis l’accent sur les activités de la mine pendant la période Edo (1603-1867), la question du travail forcé étant exclue de la partie centrale, a ajouté le responsable.

Le Japon a utilisé le nom de « mines d’or de l’île de Sado » dans le document, au lieu de « le complexe de mines du patrimoine de Sado, principalement des mines d’or » dans sa propre liste préliminaire de sites candidats au patrimoine en 2010, selon une autre source du ministère des Affaires étrangères.

Un groupe civique au Japon affirme que la poussée controversée pour que les mines de l’île japonaise de Sado soient inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO n’est pas un véritable effort, mais plutôt l’administration japonaise actuelle qui essaie d’utiliser la question à des fins politiques dans son pays.

« La nomination du gouvernement japonais à Sado Mines est hautement politique et historiquement inexacte, jouant sur le nationalisme de droite et nuisible à l’amélioration des relations, tant économiques que politiques, entre le Japon et la Corée du Sud », a déclaré David Palmer, professeur agrégé à l’Université de Melbourne en Australie. qui a étudié l’exploitation minière japonaise.

L’attention se concentre sur la façon dont la question de l’inscription de Sado Mines évoluera à l’avenir.