0 6 minutes 1 mois
AP- Né en Afrique du Sud, citoyen américain et canadien, dirigeant de SpaceX et Tesla, l’homme le plus riche du monde est devenu une figure centrale du néo-capitalisme américain avec ses ambitions extra-planétaires et ses idéaux politiques, qu’il partage avec ses 110 millions d’abonnés sur Twitter.
 
Après des mois de péripéties, il s’est finalement emparé de ce réseau social qu’il adore critiquer.
 
A 51 ans, l’entrepreneur en série est déjà à la tête de Tesla, premier constructeur de véhicules électriques au monde, et de SpaceX, sa société spatiale qui doit aider la Nasa à envoyer des astronautes sur la Lune d’ici 2025.
 
Sa fortune est estimée par Forbes à environ 221 milliards de dollars.
 
Il l’a amassée principalement grâce à Tesla et s’en sert pour financer ses diverses aventures personnelles comme Neuralink, une start-up qui ambitionne de relier directement le cerveau humain à l’ordinateur, et The Boring Company, qui entend révolutionner les transports urbains avec des tunnels.
 
Quel que soit le secteur, il met en avant son désir de sauver l’humanité, l’environnement ou la démocratie. Interviewé sur ses raisons d’acquérir Twitter, il avait évoqué un « risque pour la civilisation » si les utilisateurs perdaient confiance en la plateforme.
 
« X Æ A-12 »
Mégalomane, bourreau de travail, Elon Musk donne, au fil des tweets, un aperçu de sa personnalité, soucieux de son image de patron rebelle, amateur de joutes verbales et de provocations, anti-politiquement correct.
 
Une ligne insaisissable qui plaît de plus en plus à certains républicains. « Son style libertarien a un peu de droite radicale en lui », estime Roger Kay, de Endpoint Technologies Associates.
 
Sur Twitter, il a récemment livré ses conseils pour mettre fin à la guerre en Ukraine – un avis pas vraiment du goût de Kiev -, défié Vladimir Poutine en duel ou comparé le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Adolf Hitler.

 
En 2018, il avait fumé du cannabis lors d’un entretien filmé, tout en évoquant la conquête spatiale, la fin du monde et la libido des singes bonobos.
 
En mai 2021, il a révélé être atteint du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme.
 
Divorcé trois fois, M. Musk est père de dix enfants, dont un décédé à 10 semaines. L’une d’entre eux, une fille transgenre, a déposé une demande officielle pour changer de nom de famille en même temps que de genre afin de couper tout lien avec son père.
 
Et la presse américaine a révélé en juillet qu’il avait eu des jumeaux en novembre avec une dirigeante de Neuralink, quelques semaines avant la naissance d’Exa Dark Sideræl Musk, qu’il a eue avec la chanteuse Grimes. C’est la petite sœur de « X Æ A-12 », un garçon.
 
Culte Tesla
L’homme clive, entre une armée de fans qui l’adulent et assurent sa publicité, et ceux qui le détestent. Mais il est difficile de nier le succès de Tesla.
 
Longtemps déficitaire, l’entreprise est désormais un immense succès industriel et financier, avec un profit record de 5,5 milliards de dollars en 2021 et une valorisation boursière immense (710 milliards de dollars), qui pèse quatre fois celle de Toyota, premier constructeur mondial.
 
Ce n’était pas gagné. De 2017 à 2019, la société était « constamment au bord de la faillite », a-t-il expliqué. « Je vivais dans l’usine de Fremont (Californie), je dormais par terre pour que l’équipe voie que je n’étais pas dans ma tour d’ivoire », a-t-il raconté.
 
Plusieurs plaintes pour harcèlement sexuel et discriminations ont été déposées contre la direction de cette usine, accusée de « ségrégation raciale » par la Californie.
 
« Civilisation spatiale »
Né à Pretoria, en Afrique du Sud, le 28 juin 1971 d’un père ingénieur et d’une Canadienne mannequin, Elon Musk fait ses études au Canada puis aux Etats-Unis.
 
A 24 ans, il crée, avec son frère Kimbal, Zip2, un éditeur de logiciels en ligne. Il devient millionnaire avant ses 30 ans en le revendant au fabricant d’ordinateurs Compaq en 1999 pour plus de 300 millions de dollars.
 
Le jeune entrepreneur fonde ensuite X.com, qui sera fusionnée avec PayPal, puis rachetée par eBay en 2002 pour 1,5 milliard.
 
Avec SpaceX, fondée dans la foulée, il a enchaîné les succès, la compagnie devenue cheville ouvrière des nouvelles ambitions de la Nasa.
 
« Le but global est de permettre à la vie de se développer sur plusieurs planètes et de faire de l’humanité une civilisation spatiale », avait affirmé M. Musk dans un entretien accordé à Time Magazine, qui l’a nommé fin 2021 personnalité de l’année.